Science

Revue de River’s End: Au cœur de la bataille pour l’eau en Californie

Abritant plus de 39 millions de personnes, la Californie est l’État américain le plus peuplé. Il est aussi parmi les plus secs. Ensemble, ces facteurs font de la demande en eau un défi de longue date. Fin de la rivière, un nouveau documentaire de Jacob Morrison, plonge profondément dans la crise de l’eau et pose des questions difficiles sur qui obtient l’eau et pourquoi.

Au centre du film se trouve le delta de la rivière Sacramento-San Joaquin, un estuaire au nord de l’État. Reliant les rivières Sacramento et San Joaquin, le delta est une source clé d’eau douce et le champ de bataille de la dernière guerre de l’eau en Californie.

En 2015, le gouverneur de l’époque, Jerry Brown, et le California Department of Water Resources ont proposé un plan de 15 milliards de dollars maintenant connu sous le nom de California WaterFix & EcoRestore qui verrait deux grands tunnels construits à partir de la rivière Sacramento sous le delta pour fournir de l’eau à la Californie. Inévitablement, tout le monde n’est pas d’accord avec le plan : les tunnels redirigeraient l’eau vers le sud de la Californie, réduisant l’approvisionnement en eau douce des agriculteurs autour du delta.

Rapporté par DeLanna Studi, Fin de la rivière combine des séquences d’archives de paysages autour du delta et d’autres parties de la Californie, qui met en évidence le les niveaux d’approvisionnement en eau fluctuants, avec une animation simple pour apporter un éclairage pédagogique et expliquer l’étendue et l’importance de la problématique. Avec des personnes interrogées, notamment des politiciens, des dirigeants d’entreprise et des agriculteurs locaux, Morrison livre un aperçu sombre mais brutalement honnête de la bataille pour l’eau.

Le documentaire aborde brièvement les conflits d’approvisionnement au début du XXe siècle dans la vallée d’Owens et son rôle dans les guerres de l’eau en Californie, qui comprenaient un certain nombre de conflits politiques entre les agriculteurs locaux et la ville de Los Angeles sur les droits de l’eau. Mais son objectif principal examine comment les problèmes d’approvisionnement actuels provoquent des conflits entre les sociétés régionales et les agriculteurs locaux.

Les deux parties disent qu’elles ont besoin d’eau pour faire fonctionner leurs entreprises, mais il devient vite évident que les communautés locales n’ont pas autant de soutien du gouvernement que les entreprises. Il existe des témoignages d’agriculteurs locaux frustrés qui dépendent de l’eau du delta pour cultiver leurs produits et disent que leurs moyens de subsistance ont été affectés, non seulement par un manque d’approvisionnement, mais aussi par les installations de pompage, qui prélèvent l’eau de la région.

La situation dans le Westlands Water District en Californie centrale s’avère particulièrement éclairante. Ses liens avec l’ex-président Donald Trump (via l’ancien lobbyiste de Westlands David Bernhardt), un accent sur des activités lucratives mais la culture des amandiers assoiffés et la différence substantielle de conditions de vie entre les propriétaires de fermes et les travailleurs sur le terrain brossent un tableau sombre du pouvoir et de l’influence des grandes entreprises.

Bien que le récit de l’entreprise contre la petite personne ne soit que trop reconnaissable, le documentaire fait également un zoom arrière pour mettre en évidence les conséquences sur l’environnement au sens large et la faune qui en dépend également pour sa survie. Parmi les espèces localement menacées mentionnées se trouve l’éperlan du delta, une espèce de poisson proche de l’extinction en raison des dommages continus causés à l’écosystème du delta.

Fin de la rivière fournit un aperçu complet des problèmes d’eau en Californie et de la nécessité de parvenir à un approvisionnement en eau durable. Il se termine par un message solennel. Alors que la population de l’État continue de croître, on ne sait toujours pas s’il y aura suffisamment d’eau pour répondre aux besoins de tous ceux qui en ont besoin. En fin de compte, cela peut dépendre de qui en a besoin, ou peut-être qui en veut plus.

Plus sur ces sujets :


Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page