Science

Aperçu de l’actualité 2022 : la Chine organisera une réunion cruciale dans le but de

Tortue verte (Chelonia mydas) se nourrissant d'herbe à tortue (Thalassia testudinum) lit d'herbes marines.  Les Bahamas.

Shane Gross/naturepl.com

Alors que le monde examine les résultats du sommet sur le climat COP26, ayez une pensée pour les écologistes qui tentent de protéger les richesses naturelles de la planète. Un sommet historique de l’ONU sur la biodiversité a été reporté à trois reprises en raison de la pandémie et ne se tiendra désormais en personne en Chine qu’en avril, après la tenue d’une première session pratiquement en octobre dernier.

Le retard signifie que, incroyablement, il n’y a actuellement aucun objectif mondial pour arrêter la perte de biodiversité. Alors que les pays ont raté la plupart des objectifs fixés pour 2020, un nouvel ensemble d’objectifs pour 2030 – connu sous le nom de Cadre mondial pour la biodiversité post-2020 – est toujours considéré comme essentiel pour ralentir et finalement inverser le déclin de la faune et des habitats.

« J’espère vraiment que ce qui est adopté à Kunming aidera à faire avancer la biodiversité », déclare Susan Lieberman de la Wildlife Conservation Society, faisant référence à la ville chinoise où se tiendra le sommet sur la biodiversité COP15.

Le principal parmi les résultats possibles est un engagement à désigner 30 pour cent des terres et des océans comme aire protégée d’ici 2030, en s’appuyant sur l’engagement de 2020 de protéger 17 pour cent des terres et 10 pour cent des océans. Plus de 70 pays, dont l’Inde et le Royaume-Uni, ont déjà apporté leur soutien à l’idée. Mais les pays clés abritant des points chauds de la biodiversité sont toujours portés disparus, notamment le Brésil, l’Indonésie et l’hôte de la COP15, la Chine.

Il y a beaucoup plus à l’ordre du jour du Cadre mondial de la biodiversité pour l’après-2020 qui doit être convenu à Kunming. L’« intégrité écologique » de ces aires protégées élargies – en d’autres termes, si elles fonctionnent encore, des écosystèmes sains – sera débattue. Où les placer viendra sous le feu des projecteurs. Et, surtout, les pays discuteront de la dureté du langage concernant la réduction des subventions agricoles, dont certaines entraînent la conversion des forêts en terres utilisées pour l’huile de palme, le soja et le bétail.

Les négociations devaient se poursuivre en janvier à Genève, en Suisse, mais ont été reportées à mars en raison de la variante du coronavirus omicron.

L’éléphant, ou peut-être la chauve-souris, dans la pièce est le covid-19. « Nous ne pouvons pas regarder la prochaine décennie sur la biodiversité sans regarder comment nous empêcherons la prochaine de ces [pandemics], dit Lieberman. La recherche montre que la dégradation et la destruction des zones sauvages augmentent la probabilité que les maladies de la faune se transmettent aux humains.

Dans le sillage du Pacte climatique de Glasgow convenu lors de la COP26, des pressions seront exercées sur les gouvernements pour qu’ils alignent leur action sur la biodiversité et le changement climatique.

Le texte final de l’accord de Glasgow soulignait « l’importance de protéger, conserver et restaurer la nature et les écosystèmes » pour atteindre l’objectif mondial de maintenir le réchauffement climatique à 1,5°C. Et, en marge de la COP26, plus de 100 pays ont convenu d’arrêter la déforestation d’ici 2030, bien qu’on ne sache pas comment cela se produira ni comment ils seront tenus de rendre des comptes.

Une chose que les négociateurs du gouvernement ont évitée à Glasgow était de déclarer explicitement que les forêts, les tourbières, les herbiers marins et d’autres habitats peuvent agir comme des « solutions fondées sur la nature » ​​qui sont « d’une importance cruciale » pour lutter contre le changement climatique. Une première ébauche du pacte utilisait une telle formulation, mais tout cela a ensuite été coupé.

Le Brésil, qui sous le président Jair Bolsonaro souhaite exploiter la forêt amazonienne, est fortement opposé à l’idée de solutions basées sur la nature. L’expression figure dans une première version de l’accord sur la biodiversité de l’année prochaine, mais pourrait bien être supprimée à l’approche de Kunming.

Plus sur ces sujets :


Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page