Science

Renouvelables : commutation de la liaison électrique Norvège-Grande-Bretagne

Par

Hydrobar norvégien

Un fjord norvégien

Lien de la mer du Nord

Les réservoirs norvégiens commenceront à alimenter les maisons en Grande-Bretagne aujourd’hui alors que le plus long câble électrique sous-marin du monde a été mis en marche, dans un élan vers les énergies renouvelables et les approvisionnements énergétiques serrés cet hiver.

La liaison de la mer du Nord, longue de 724 kilomètres, est la sixième un réseau croissant d’interconnexions électriques entre la Grande-Bretagne et ses voisins européens, pour échanger de l’énergie et s’adapter à des réseaux de plus en plus dépendants de la production variable de l’éolien, du solaire et de l’hydroélectricité.

Testé pour la première fois en juin, le câble en cuivre longeant les fonds marins de la mer du Nord fonctionnera à la moitié de son potentiel pendant trois mois avant d’atteindre sa capacité de 1400 mégawatts, suffisante pour alimenter 1,4 million de foyers.

L’électricité devrait initialement provenir principalement de la Norvège, qui produit presque son électricité à partir de l’hydroélectricité, vers la Grande-Bretagne, où les prix de l’électricité sont plus élevés. Le lien pourra éventuellement être utilisé pour exporter de l’électricité à partir de parcs éoliens offshore pour le stockage à installations hydroélectriques pompées en Norvège, pomper l’eau en amont et la libérer pour produire de l’électricité en cas de besoin.

Le démarrage de l’exploitation commerciale contribuera cet hiver aux faibles marges d’approvisionnement en électricité de la Grande-Bretagne, qui sont comprimées par un feu enlevant la moitié de la capacité d’un lien distinct avec la France. « Cela n’aurait pas pu arriver à un meilleur moment », déclare Tom Edwards des analystes énergétiques de Cornwall Insight.

Cependant, il dit que le nouveau lien ne va pas « décaler de manière significative le cadran » sur le prix de gros de l’électricité élevés en Grande-Bretagne en raison des prix élevés du gaz.

L’interconnexion, une coentreprise avec le National Grid du Royaume-Uni et le Norvégien Statnett, est une prouesse d’ingénierie, rendue possible par un tunnel de 2,3 kilomètres à travers une montagne. Mais c’est loin d’être le seul. Un nouveau via le tunnel sous la Manche démarre début 2022, suivi d’un vers le Danemark en 2023 et d’un vers l’Allemagne en 2024, entre autres.

Pour l’instant, la Grande-Bretagne est un importateur net, s’approvisionnant en électricité pour près d’un dixième des câbles. Mais la croissance rapide des parcs éoliens offshore et le rétrécissement de l’écart entre ses prix de l’électricité et ceux de ses voisins signifient qu’Edwards s’attend à ce que le pays soit un exportateur net d’ici 2025.

« Nous avons la meilleure ressource éolienne, l’Europe du Sud a la meilleure ressource solaire, la Norvège est un endroit idéal pour l’hydroélectricité », déclare Edwards à propos de la croissance des interconnecteurs. « Plus nous sommes connectés, mieux nous pouvons partager des choses et plus tout le monde peut être écologique. Espérons que ce soit gagnant-gagnant si nous le planifions correctement.

Plus sur ces sujets :


Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page