Internet

Comment une seconde intercalaire peut causer des ravages sur

Comment une seconde intercalaire peut causer des ravages sur l'Internet


Google, Microsoft, Meta et Amazon ont lancé lundi une initiative visant à
supprimer la seconde intercalaire, un procédé qui permet d’ajuster le temps
universel coordonné avec la rotation réelle de la Terre. Les services
américains et français chargés de la mesure du temps sont d’accord.


Depuis 1972, 27 secondes intercalaires ont été ajoutées à l’horloge
mondiale connue sous le nom de temps atomique international (TAI). Au lieu
que 23:59:59 devienne 0:0:0 à minuit, un 23:59:60 supplémentaire est
inséré.


Problème, cette seconde intercalaire a une incidence sur les systèmes
informatiques qui dépendent d’un horodatage précis pour programmer des
événements et enregistrer la séquence exacte d’activités telles que l’ajout
de données dans une base de données. Des discontinuités ou des ambiguïtés
dans l’échelle de temps système peuvent entrainer des dysfonctionnements.

Il est temps d’abandonner la seconde intercalaire 


Selon ses détracteurs, ce décalage temporel présente plus d’inconvénients,
notamment les pannes d’Internet, que d’avantages. Les opposants estiment
qu’il est inutile de s’occuper des secondes intercalaires étant donné que
la vitesse de rotation de la Terre n’a pas beaucoup changé au cours de
l’histoire.


«

Nous prévoyons que si nous nous en tenons au TAI sans observer les
secondes intercalaires, tout devrait bien se passer pendant au moins 2
000 ans

», estime Ahmad Byagowi, chercheur pour Meta, la maison-mère de Facebook.


Les géants de la Tech ainsi que le National Institute of Standards and
Technology (NIST) des États-Unis et son équivalent français, le Bureau
international de poids et mesures (BIPM), s’accordent à dire qu’il est
temps d’abandonner la seconde intercalaire.

Les pannes de 2012 et 2017


En 2012, le changement de seconde intercalaire a provoqué une panne massive
de Reddit, ainsi que des problèmes connexes chez Mozilla, LinkedIn, Yelp et
le service de réservation de billets d’avion Amadeus. En 2017, une
discontinuité engendrée par une seconde intercalaire a mis hors service une
partie des serveurs des clients de Cloudflare. Le logiciel, qui comparait
deux horloges, a calculé que le temps avait reculé mais n’a pas pu traiter
correctement ce résultat.


Les ordinateurs sont imbattables en calcul, mais les humains introduisent
des irrégularités, notamment les secondes intercalaires, qui peuvent leur
mettre des bâtons dans les roues. L’un des événements les plus célèbres
dans ce registre est le fameux bogue de l’an 2000. Les bases de données
n’ont enregistré que les deux derniers chiffres de l’année et ont faussé
les calculs lorsque 1999 est devenu 2000. Un problème similaire se posera
en 2038, lorsqu’un nombre de 32 bits que certains ordinateurs utilisent
pour compter les secondes à partir du 1er janvier 1970 ne sera plus assez
grand. Au début de l’année, certains sites web se sont bloqués lorsque les
navigateurs web ont atteint la version 100, car ils étaient programmés pour
ne traiter que des numéros de version à deux chiffres.

D’autres bugs à prévoir 


Afin d’atténuer les problèmes liés aux horloges des ordinateurs qui
n’aiment pas les minutes de 61 secondes, Google a lancé l’idée de modifier
la seconde intercalaire en plusieurs petits étapes au cours d’une journée.
L’ajout d’une seconde intercalaire pose des problèmes aux ordinateurs. Et à
un moment donné, il faudra en soustraire une aussi, ce qui n’est jamais
arrivé causera probablement de nouveaux problèmes. «

Cela pourrait avoir un effet dévastateur sur les logiciels qui
s’appuient sur des minuteries ou des programmateurs

»,

prédisent
Byagowi et Oleg Obleukhov, ingénieurs chez Meta.




Article de CNET.com adapté par CNETFrance


Image : Vacheron Constantin


Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page