Informatique

Cambridge Analytica : Facebook signe un accord de principe à

Cambridge Analytica : Facebook signe un accord de principe à la suite du scandale

Facebook a conclu un accord de principe dans le cadre du procès réclamant des dommages et intérêts à la suite de l’affaire Cambridge Analytica, vieille de quatre ans.

Les conditions financières n’ont pas été divulguées, selon un document déposé vendredi auprès du tribunal de San Francisco, d’après des informations rapportées par Reuters. Facebook a demandé la suspension des procédures pour 60 jours, le temps de finaliser l’accord par écrit.

Sollicitée par l’AFP, Meta, la maison-mère de Facebook, a répondu « ne pas avoir de commentaire à faire pour l’heure ». Mark Zuckerberg, PDG du groupe, et Sheryl Sandberg, actuelle directrice de l’exploitation (COO) de Meta qui a annoncé en juin son départ de l’entreprise, devaient témoigner devant la justice en septembre dans le cadre de l’affaire.

Partage des données personnelles à des tiers

Le procès allègue que Facebook a violé les lois sur la protection de la vie privée des consommateurs en partageant les données personnelles des utilisateurs avec des tiers tels que le cabinet de conseil politique britannique Cambridge Analytica, qui a fermé ses portes depuis.

A l’époque, jusqu’à 87 millions d’utilisateurs de Facebook avaient été
touchés par l’incident de Cambridge Analytica, qui a vu les données
recueillies lors d’un test de personnalité partagées avec des
entreprises dans le but de profiler les électeurs avant les échéances
électorales britanniques. 

Le réseau social s’est acquitté d’une amende de 500 000 livres au Royaume-Uni en 2019, que lui a infligé l’OIC, le Commissariat à l’information (l’équivalent britannique de la CNIL) à la suite d’une enquête sur l’utilisation abusive de données personnelles dans des campagnes politiques. 

 

 




Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page