Mobilité

Ganymède et Europa : des images inédites des lunes glacées

Ganymède et Europa : des images inédites des lunes glacées de Jupiter


Des planétologues de l’Université de Leicester ont utilisé le Very Large
Telescope (VLT) de l’Observatoire européen austral au Chili pour réaliser
des images les plus détaillées jamais prises d’elles depuis la Terre de
Ganymède et Jupiter, les lunes glacées de

Jupiter
.


En les regardant, vous vous direz peut-être que ces images sont floues et
n’ont rien de spectaculaire. Et c’est juste. Comparées à ce que la

sonde Juno
a vu en s’approchant de ces lunes, les images terrestres semblent floues.
Mais ce n’est pas grave, car il ne s’agit pas d’un concours de
photographie. En réalité, les chercheurs ont procédé à une analyse de
l’empreinte cosmique.


«

Les nouvelles observations ont permis d’enregistrer la quantité de
lumière solaire réfléchie par les surfaces d’Europe et de Ganymède à
différentes longueurs d’onde infrarouges, produisant un spectre de
réflectance

»,

explique

l’université dans son communiqué. «

Ces spectres de réflectance sont analysés en développant un modèle
informatique qui compare chaque spectre observé aux spectres de
différentes substances qui ont été mesurées en laboratoire.

» Cela permet de révéler les compositions chimiques des lunes en faisant
correspondre les données de réflectance à des substances connues comme
l’eau et les minéraux.


L’équipe de recherche a publié une étude sur Europa dans


The Planetary Science Journal
au début de l’année et une étude sur Ganymède a été acceptée pour
publication dans la revue JGR : Planets.

jupiter moon 1 

Ce graphique montre les tailles des lunes de Jupiter. L’encart représente différentes vues de l’instrument Sphere du VLT au fil du temps. ESO/King & Fletcher. Image de fond de Jupiter : NASA, ESA, A. Simon (Goddard Space Flight Center), et M. H. Wong (Université de Californie, Berkeley) et l’équipe OPAL.


Des indices pour la recherche de vie extraterrestre


Les lunes de Jupiter représentent un défi pour les télescopes terrestres
car elles sont éloignées et relativement petites. L’instrument Sphere du
VLT a été capable d’imager les lunes dans l’infrarouge et de compenser les
distorsions causées par l’atmosphère de notre planète. «

La cartographie à une échelle aussi fine n’était auparavant possible
qu’en envoyant des vaisseaux spatiaux jusqu’à Jupiter pour observer les
lunes de près

», a déclaré Oliver King, spécialiste des sciences planétaires.


Certains détails intéressants sont apparus dans les données. Ganymède est
en grande partie constitué de deux types de terrain, les zones jeunes étant
constituées de glace d’eau et les zones plus anciennes d’un matériau gris
foncé encore inconnu.


Europa sera au centre de la prochaine mission

Europa Clipper
de la Nasa. Les scientifiques pensent que la lune cache un océan liquide
souterrain et constitue un bon endroit pour rechercher des signes de vie
extraterrestre. «

Nous avons cartographié la répartition des différents matériaux à la
surface, y compris le gel d’acide sulfurique, que l’on trouve
principalement sur le côté d’Europe le plus fortement bombardé par les
gaz entourant Jupiter

», poursuit Oliver King. La croûte de la lune est principalement constituée
de glace d’eau.


La sonde Juno, qui étudie Jupiter, a effectué des survols rapprochés des
deux lunes et a fourni des images de surface étonnamment détaillées. Les
nouvelles études du VLT montrent les avantages de l’utilisation de
différents types d’observations pour dresser un tableau plus complet de ce
qui se passe sur ces lunes mystérieuses




Article de CNET.com adapté par CNETFrance


Image : ESO/King & Fletcher


Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page