Mobilité

Vie extraterrestre : une découverte qui pourrait « réduire

Vie extraterrestre : une découverte qui pourrait « réduire considérablement » la recherche d’indices


Des scientifiques ont fait une découverte qui, selon eux, pourrait « réduire considérablement » la recherche de vie extraterrestre.
Dans un article publié dans


The Astrophysical Journal Letters
, l’équipe explique comment une planète semblable à la Terre orbitant
autour du type d’étoile le plus courant dans l’univers, une naine M, semble
ne pas avoir d’atmosphère. Cela signifie que nous pouvons peut-être en
conclure que la plupart des autres planètes semblables à la Terre en orbite
autour de toutes ces autres naines M n’ont pas d’atmosphère non plus. Il
serait donc peu probable qu’elles accueillent la vie, du moins la vie telle
que nous la connaissons.


«

Il est possible que l’état de cette planète soit un mauvais signe pour
les planètes encore plus éloignées de ce type d’étoile

», a

déclaré
Michelle Hill, astrophysicienne à l’Université de Californie Riverside et
co-auteure de l’étude. «

C’est quelque chose que nous apprendrons du

télescope spatial James-Webb
, qui s’intéressera à des planètes comme celles-ci

».


Procéder par élimination


La découverte de l’équipe est cruciale pour ce type de recherche dans le
domaine des études extraterrestres, car la meilleure façon d’aborder une
telle tâche est de procéder par élimination. Toute nouvelle donnée sur
l’endroit où ces êtres pourraient vivre, ou ne pas vivre, est déterminante
pour restreindre la recherche.


L’orbe sans atmosphère sur lequel les scientifiques de l’étude se sont
concentrés porte le nom de GJ 1252b. Il est légèrement plus grand que la
Terre, ce qui explique en partie pourquoi il est considérée comme « semblable à la Terre ». Mais il est beaucoup plus proche de son
étoile que notre planète ne l’est du Soleil, ce qui signifie qu’il est très
chaud. Les données du rayonnement infrarouge de GJ 1252b ont estimé que sa
température diurne atteignait 1 228 degrés Celsius. C’est assez brûlant
pour faire fondre l’or, l’argent et le cuivre à sa surface. Cette chaleur
excessive, associée à une pression de surface présumée faible, est ce qui a
conduit les chercheurs à penser que GJ 1252b n’a tout simplement pas
d’atmosphère.


«

La planète pourrait avoir 700 fois plus de carbone que la Terre, et
elle n’aurait toujours pas d’atmosphère. Celle-ci s’accumulerait au
début, puis s’amenuiserait et s’éroderait

», explique Stephen Kane, astrophysicien à l’université de Riverside et
coauteur de l’étude. De plus, ce monde semble tourner autour de son étoile
deux fois pour chaque jour terrestre. «

La pression exercée par le rayonnement de l’étoile est immense,
suffisante pour faire disparaître l’atmosphère d’une planète

», poursuit le chercheur.

 

Un rendu artistique d’une naine rouge, ou naine M, qui dépouille l’atmosphère d’une planète proche au fil du temps, rendant sa surface inhospitalière. NASA/ESA/STScI/G. Bacon


Un destin à la Mercure


Dans notre propre système solaire, l’équipe de l’étude compare l’état
actuel de GJ 1252b au sort final de Mercure. Cette dernière est beaucoup
plus proche du Soleil que la Terre, ce qui signifie qu’elle est très chaude
comme GJ 1252b, et qu’elle a une atmosphère très ténue. En raison de la
chaleur intense de la planète, ces atomes atmosphériques épars s’échappent
rapidement dans l’espace. La Terre perd également un peu d’atmosphère au
fil du temps, mais des événements tels que les émissions volcaniques
reconstituent en quelque sorte le bouclier perdu de notre planète. Le fait
que notre planète soit un peu plus éloignée du Soleil, et donc plus froide,
joue également en sa faveur.


Pour ce qui est de la portée de ces conclusions sur les naines M, il faut
savoir qu’il y a 5 000 étoiles dans le seul voisinage de la Terre et que la
plupart d’entre elles sont des naines M. Cela élimine beaucoup d’options
pour trouver de la vie extraterrestre. Mais il faut aussi considérer les 1
000 étoiles similaires au Soleil dans notre voisinage solaire. Et il ne
s’agit là que de notre partie de l’univers, c’est-à-dire une seule goutte
dans l’océan cosmique.


Alors, oui, nous ne savons toujours pas où sont les extraterrestres, et les
localiser est une quête de longue haleine. Mais au moins, nous avons
désormais une idée plus précise de l’endroit où ils ne sont probablement
pas.




Article de CNET.com adapté par CNETFrance


Image : Nasa


Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page