Mobilité

Qu’est-ce Loab, ce visage inquiétant créé par une IA ?

Qu'est-ce Loab, ce visage inquiétant créé par une IA ?


Y a-t-il des fantômes dans nos ordinateurs ? Bien sûr que non, mais un
récent thread Twitter viral pourrait faire croire que quelque chose de
sinistre se cache derrière notre écran et n’attend que d’être libéré. Le 6
septembre, Internet a découvert «

Loab
», une « femme » apparemment générée par une intelligence artificielle
(IA). « premier cryptique de l’espace latent », « effrayante », «
démon », « icône homosexuelle », les qualificatifs n’ont pas tardé pour
tenter de cerner ce phénomène. Tout ceci mérite des éclaircissements.

 L’IA dans l’art


Pour comprendre Loab, il faut savoir ce qui se passe en ce moment avec
l’utilisation artistique de l’IA. Au cours des derniers mois, l’art généré
par intelligence artificielle a pris une importance considérable grâce à la
prolifération d’outils tels que Dall-E Mini, Midjourney et Stable
Diffusion. Ces programmes permettent aux utilisateurs de saisir une courte
phrase, une « invite », que l’IA interprète pour créer une image. Le
passage des mots à l’image prend quelques minutes tout au plus. Les
créations qui en résultent vont du carrément inquiétant à une forme de
beauté fantaisiste.


Ce phénomène n’a pas tardé à soulever un débat parmi les artistes et
créateurs, certains évoquant « un trou noir éthique et de droits d’auteur ». En effet, l’IA
génère de nouvelles images à partir d’un nombre considérable d’œuvres d’art
réelles, créées par des êtres humains.


Mais l’IA ne se contente pas de prendre d’anciennes images et de les
retravailler pour en faire de nouvelles. Il y a aussi beaucoup de calculs
et de mathématiques en jeu. Par exemple, si on demande à une IA de dessiner
un chapeau, elle ne mélange pas tous les chapeaux de sa base de données
pour en sortir un amalgame le plus représentatif. Au lieu de cela, elle
devine en quelque sorte ce que l’on recherche en se basant sur toutes les
images sur lesquelles elle a été entraînée et crée l’image inédite d’un
chapeau. Il ne faut donc pas considérer les images générées par une IA
comme de simples collages. Voilà qui nous amène à Loab.


Qu’est-ce que Loab ?


Loab est le portrait d’une femme âgée fait d’un amalgame de traits humains
généré par un outil artistique d’intelligence artificielle. Loab n’existe
pas. Elle a été « créée » par @supercomposite à l’aide d’une image. Pour
commencer, il a utilisé une requête qui demandait à l’IA de créer quelque
chose à l’opposé de la demande. Il est ressorti une image incompréhensible
d’une ligne d’horizon avec les lettres « DIGITA PNTICS » inscrites dessus.
L’auteur a ensuite utilisé cette phrase en guise d’invite négative et l’IA
a produit des images d’une femme âgée aux cheveux longs et aux joues roses.
Supercomposite l’a appelée « Loab », car l’une des images a généré un texte
qui semble dire « LOAB ».


L’étape suivante a consisté à stimuler les algorithmes en mélangeant
d’autres images générées par l’IA avec des images de Loab. Supercomposite a
demandé : « Dessine-moi quelque chose de nouveau avec cette femme comme base
». Cela a donné lieu à toutes sortes d’images macabres et gores, avec des
humains décapités et des enfants aux visages horribles.


Dans son récit, Supercomposite explique que Loab « hante chaque image qu’elle touche ». Ce qui est parfaitement
logique compte tenu de la façon dont cette IA fonctionne. Elle a pris une
requête, les images originales de Loab, et les a mélangées avec d’autres
images pour générer de nouveaux rendus. Comme le dit Supercomposite, l’IA
peut « s’accrocher à l’idée de Loab ».


Supercomposite n’a pas souhaité donner le nom du générateur d’IA auquel il
a eu recours afin de ne « pas faire de publicité » pour l’outil et
«

lancer une sorte de tendance virale de personnes faisant des choses
gores avec les outils que j’ai utilisés

». Grotesque, inquiétante, flippante, Loab a même sa propre page Wikipédia.


Au-delà de Loab


Cependant, Loab ne peut pas être « invoquée » avec un autre générateur
d’images IA comme Midjourney. Si vous utilisez l’invite « Loab », vous
obtenez toutes sortes d’images différentes, mais aucune ne représente cette
femme.


Supercomposite a expliqué à nos confrères de CNET.com que si l’on tapait la
même invite d’image négative dans l’outil qu’il a utilisé, on pourrait
générer Loab à nouveau. Cependant «

le logiciel a changé de sorte que la même technique exacte n’est pas
possible, mais vous pouvez le contourner.

»


La conclusion est qu’il n’est pas possible « d’appeler » Loab tel un démon
numérique qui viendrait hanter nos ordinateurs. Que l’on trouve cela
décevant ou rassurant, la réalité est que Loab n’existe pas.




Article de CNET.com adapté par CNETFrance


Image : @supercomposite/Twitter


Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page