High Tech

Vous ne devez jamais appuyer sur le bouton Internet interdit du Razr d’origine

Le premier téléphone que j’ai possédé était un Motorola Razr. Les boutons du Razr sont parmi les meilleurs jamais conçus pour un appareil mobile. Le clavier est gravé au laser sur une feuille d’aluminium scintillant, et lorsqu’il est pressé, il s’allume dans une lueur bleue brillante qui regardé comme l’avenir de la science-fiction.

Mais il y avait un bouton sur lequel j’avais peur d’appuyer. Au cours de toutes mes années de possession d’un Razr, je ne peux pas dire que j’ai tapé dessus plus d’une ou deux fois, et jamais exprès : le bouton Internet.

Situé sur le côté supérieur gauche du clavier, le bouton Internet était orné d’un globe bleu et ouvrirait le navigateur Internet intégré du Razr. Le problème, bien sûr, était qu’au cours des jours grisants de 2007, lorsque j’ai eu un premier téléphone portable, je n’ai pas payé pour les données. Ce qui signifiait qu’appuyer sur le bouton était une recette pour se faire payer des frais de dépassement redoutés.

akrales 211228 4946 0047

Maintenant, AT&T m’aurait-il réellement facturé (et par extension, le forfait de téléphonie mobile partagé de ma famille) des centaines de dollars pour le crime d’avoir utilisé de précieux kilo-octets de données pour charger accidentellement le site mobile rudimentaire de Google ? Honnêtement, je n’en ai aucune idée. Mais avec des choses comme les SMS et les minutes d’appel déjà fortement réglementées par l’opérateur, ce qui entraîne des frais élevés pour les dépassements, je ne prenais aucun risque.

Malheureusement, la conception de base du Razr signifiait que ces intentions étaient souvent sans objet. Le bouton Internet était trop idéalement situé, placé juste à côté du « bouton de réponse à l’appel » vert et directement à côté du pavé directionnel. Il était beaucoup trop facile d’appuyer simplement par accident, en se lançant sur le navigateur Web rudimentaire et ses frais imminents. Mes souvenirs du bouton Internet sont ceux de pinceaux accidentels, suivis d’un écrasement frénétique des boutons de raccrochage ou de menu dans une tentative désespérée de sortir avant d’utiliser des données.

Le bouton Internet du Razr était ambitieux. Il est difficile de s’en souvenir maintenant, alors que le Razr est considéré comme l’expression ultime du téléphone polyvalent. C’était le dernier sommet de l’ère avant que les smartphones ne prennent le dessus, les téléphones iPhone et Android faisant leurs débuts quelques années plus tard. À l’époque il est sorti en 2004, ça coûte 500 $ avec un contrat de deux ans ; le même prix que le modèle « d’entrée de gamme » de l’iPhone original facturerait lors de ses débuts en 2007.

akrales 211228 4946 0026

Le Razr était un téléphone de luxe arraché du futur, donc il eu d’offrir des fonctionnalités telles que la messagerie électronique et Internet, même si l’infrastructure cellulaire et technologique que nous avions alors n’était pas prête pour les ambitions du Razr.

Avec le recul de 2021, où les appareils connectés à Internet sont des enjeux de table et avoir des données cellulaires sur un smartphone est une évidence, où même les appareils qui visent à éviter le statut de «smartphone» offrent une sorte de données mobiles, cela semble presque drôle . Mais à l’apogée de Razr au début des années 2000, l’Internet 2G léthargique offert par le téléphone à clapet était une technologie de pointe – et cela exigeait un lourd tribut sur les plans de données de quiconque osait l’appuyer.

Motorola a semblé finalement se rendre compte qu’Internet et le courrier électronique – malgré ses meilleures intentions – n’étaient pas non plus les principaux attraits du Razr. Et les versions ultérieures de l’appareil (comme le V3m) abandonneraient complètement ces boutons au profit d’un raccourci de caméra dédié et d’un bouton clair, dont aucun ne coûte de l’argent à utiliser.

Et Motorola a peut-être eu le dernier mot : lorsque l’entreprise a ressuscité la marque Razr en 2020, elle ajouté un oeuf de Pâques qui a permis aux utilisateurs d’émuler l’interface originale au néon du téléphone à clapet de 2004. Et dessus se trouvait un bouton Internet qui, une fois enfoncé, ouvrirait Google Chrome – avec tous les avantages du LTE et du Wi-Fi que nous avons aujourd’hui.


Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page