High Tech

Le scandale des logiciels espions secoue le gouvernement polonais

Plusieurs membres de groupes politiques d’opposition en Pologne ont fourni la preuve qu’ils avaient été piratés par le logiciel espion Pegasus, soulevant des questions alarmantes sur l’utilisation du logiciel par le gouvernement polonais.

Le cas le plus alarmant concernait le chef du parti polonais de la Plateforme civique, le sénateur Krzysztof Brejza, dont le téléphone a été compromis 33 fois au total au cours des six mois précédant les élections de 2019, comme l’a rapporté la Presse associée. Au cours de la campagne, les médias d’État polonais ont publié des messages texte préjudiciables obtenus à partir du téléphone de Brejza, ce qui a fait craindre que des logiciels espions n’aient été utilisés.

Les compromis ont été découverts par Citizen Lab, un groupe de recherche sur les logiciels espions basé à l’Université de Toronto, qui a effectué des travaux approfondis sur Pegasus. Citizen Lab a déjà trouvé des preuves liant le logiciel espion Pegasus à le meurtre de Jamal Khashoggi et une campagne distincte contre un New York Times journaliste.

Dans le cas polonais, Citizen Lab aussi trouvé des preuves de compromissions de logiciels espions visant un avocat représentant des groupes d’opposition polonais et un procureur impliqué dans une affaire contre le parti au pouvoir Droit et justice. Dans les deux cas, des traces de logiciels espions Pegasus ont été trouvées sur les appareils des cibles.

Malgré les preuves, le gouvernement polonais a fermement nié toute utilisation de logiciels espions, que ce soit pour la collecte de renseignements ou la surveillance nationale. « Le système Pegasus n’est pas utilisé par les services polonais », a récemment déclaré le vice-ministre de la Défense. tel que rapporté par Europe politique. « Il n’est pas utilisé pour suivre ou enquêter sur qui que ce soit dans notre pays. »

Pourtant, le scandale est susceptible d’avoir des conséquences importantes pour la position de la Pologne dans l’Union européenne et de plaider en faveur de nouvelles protections techniques contre Pegasus. En novembre, Apple a déposé une plainte fédérale contre NSO Group (qui développe et vend Pegasus), demandant une injonction permanente contre l’utilisation par la société des produits et services Apple. Amazon Web Services a bloqué tous les comptes liés à NSO Group, et le département du Trésor américain a déplacé pour bloquer les exportations ou d’autres transactions avec l’entreprise, le qualifiant de menace pour « l’ordre international fondé sur des règles ».


Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page