High Tech

Activision Blizzard fait l’objet d’une enquête de la SEC à la suite d’un procès pour harcèlement sexuel

La liste des agences gouvernementales enquêtant sur Activision Blizzard s’est allongée pour inclure désormais la SEC. Le Wall Street Journal a rapporté que la Securities and Exchange Commission a assigné le géant de l’édition de jeux vidéo, y compris le PDG Bobby Kotick, pour les dossiers relatifs à l’emploi, aux accords de séparation et aux communications entre les cadres supérieurs. Le rapport du Wall Street Journal indique que la SEC enquête pour savoir si Activision Blizzard a divulgué des informations sur les allégations de harcèlement et de discrimination aux investisseurs en temps opportun.

Il y a deux mois, le California Department of Fair Employment and Housing a poursuivi Activision Blizzard pour favoriser une culture d’abus, de harcèlement et de discrimination. La poursuite allègue que les employés se sont livrés à des activités telles qu’un « cube crawl » dans lequel les hommes ont bu de grandes quantités d’alcool tout en se déplaçant d’un poste de travail à l’autre en « tâtonnant » ou en harcelant d’une autre manière les employées. Il y avait également un compte rendu de la tristement célèbre « suite Cosby » dans laquelle les employés de Blizzard ont installé une pièce à la Blizzcon en 2013 où des hommes ont tenté d’abuser des femmes avec de l’alcool pour essayer de coucher avec elles.

Au lendemain du procès initial, les employés de Blizzard a organisé un débrayage et a formé un groupe d’employés militant pour la fin de l’arbitrage forcé et une plus grande transparence concernant les salaires et les diverses pratiques d’embauche. Un certain nombre de dirigeants de Blizzard ont soit quitté l’entreprise, soit disparu de la scène publique. J. Allen Brack, PDG de Blizzard, a démissionné le 3 août. Le même jour, responsable des ressources humaines mondiales Jesse Meschuk a également quitté l’entreprise. Brack a été nommé dans le procès comme ayant eu connaissance et n’ayant pas traité les abus contre les employées et Blizzard HR a également été cité comme partie complice accusée d’avoir ignoré ou sous-enquêté sur les allégations de harcèlement et d’autres violations.

Frances Townsend — Vice-présidente des affaires générales d’Activision Blizzard et ancienne conseillère à la sécurité intérieure — a qualifié le procès «d’image déformée et fausse de notre entreprise.” Après une violente réaction des médias sociaux à ses commentaires, le PDG Bobby Kotick a publié un communiqué de presse cela a appelé la réponse de Blizzard à la poursuite « sourd de ton » et a promis une action qui comprenait, entre autres, des séances d’écoute des employés. Selon une source chez Blizzard, ces séances d’écoute n’étaient guère plus que des « séances de propagande » et se sont terminées après que les employés se soient plaints de leur qualité.

Cette nouvelle enquête est la dernière d’une série d’affaires portées contre Activision Blizzard. La semaine dernière, le groupe militant d’employés de Blizzard A Better ABK, avec l’aide de CODE-CWA – une organisation syndicale des travailleurs numériques – a déposé une plainte auprès du Conseil national des relations du travail. La plainte allègue Activision Blizzard :

Employés menacés dont ils ne peuvent pas parler ou communiquer sur les salaires, les heures et les conditions de travail ; dit aux employés qu’ils ne peuvent pas communiquer avec ou discuter des enquêtes en cours sur les salaires, les heures et les conditions de travail ; maintenu une politique de médias sociaux trop large; appliqué la politique des médias sociaux contre les employés qui se sont livrés à une activité concertée protégée ; employés menacés ou sanctionnés en raison d’une activité concertée protégée ; engagés dans la surveillance d’employés engagés dans une activité concertée protégée et engagés dans des interrogatoires d’employés au sujet d’une activité concertée protégée.

Selon le Wall Street Journal, Activision Blizzard coopère à l’enquête.


Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page