Informatique

ZD Tech : Le bilan numérique (chargé) de l’UE sous

ZD Tech : Le bilan numérique (chargé) de l'UE sous présidence française

Bonjour à tous et bienvenue dans le ZD Tech, le podcast quotidien de la rédaction de ZDNet. Je m’appelle Clarisse Treilles et aujourd’hui, je vous résume le bilan numérique de l’Europe depuis le 1er janvier 2022, sous présidence française.

Le jeudi 30 juin 2022, la présidence française de l’Union européenne a touché à sa fin après un mandat de six mois.

Sur le volet numérique, le moins que l’on puisse dire, c’est que la plupart des objectifs que le gouvernement français s’était fixés ont été atteints.

Du chargeur universel au DSA/DMA

Une décision historique a fait grande impression auprès du grand public : je veux bien sûr parler de l’adoption du chargeur universel. A compter de 2024, tous vos smartphones, tablettes, appareils photo et autres appareils électroniques seront équipés du port USB-C. Et tendez l’oreille : l’exécution de cette mesure fera économiser 10 000 tonnes de déchets électroniques chaque année.

Autre sujet sensible, les dossiers législatifs du Digital Services Act et du Digital Markets Act, portant respectivement sur les services et les régulations des plateformes, se sont aussi accélérés ces derniers mois, après de longs mois de négociation.

Un accord sur le DMA a d’abord été conclu le 24 mars entre le Conseil et le Parlement. Ce texte vise à mieux encadrer les activités économiques des grandes plateformes, celles considérées comme des « gatekeepers ». Quant au DSA, un accord politique a été passé un mois plus tard, en avril 2022.

Menace cyber et transition environnementale

Sur le volet sécurité, le semestre n’a pas été de tout repos non plus. Le 13 mai 2022, en effet, le Parlement et le Conseil sont parvenus à un accord politique sur la révision de la directive NIS-2.

Derrière cet acronyme, on retrouve la révision de la directive sur les réseaux des systèmes d’information. Ce texte renforce le niveau de sécurité informatique au sein de l’Union européenne. Il instaure aussi des mécanismes de coopération pour mieux gérer les risques cyber.

Du reste, les Etats membres de l’Union européenne ont aussi dialogué sur la double transition numérique et environnementale. Ils se sont notamment engagés à réduire l’empreinte carbone des infrastructures comme les datacenters, et à réduire les dépendances européennes à l’égard des géants étrangers dans le secteur numérique.

C’est désormais à la République tchèque de prendre le flambeau pour les six prochains mois.




Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page