Informatique

Rodolphe Belmer, nouveau patron d’Atos

Rodolphe Belmer, nouveau patron d'Atos

Après une année 2021 compliquée, Atos a depuis le début de cette semaine un nouveau patron : Rodolphe Belmer a pris ses fonctions de directeur général.

Ancien patron d’Eutelsat pendant six ans, Rodolphe Belmer, 52 ans, est un chef d’entreprise reconnu à l’international. Il a aussi travaillé 14 ans dans le groupe de télévision Canal+, dont il a été nommé directeur général en 2003, avant d’exercer les fonctions de directeur général du groupe entre 2012 et 2015. Rodolphe Belmer est également administrateur de Netflix, le premier service de divertissement en streaming au monde.

La division cybersécurité d’Atos est la pépite du groupe. Les contrats avec l’Armée française hérités de l’entreprise Bull, rachetée en 2014 par Atos, sont également une valeur forte de l’entreprise.

Déclin des activités de gestion d’infrastructures classiques

L’accélération de la migration vers le cloud, du fait de la pandémie, a entraîné une accélération du déclin des activités de gestion d’infrastructures classiques, pesant sur les comptes de la société. L’entreprise a révisé sa stratégie en avril 2021, et s’est recentrée sur la cybersécurité, le digital, la décarbonisation et le cloud.

En décembre dernier, Atos s’offrait justement Cloudreach pour étoffer ses offres de cloud. Fondée en 2009, cette société, qui dispose de partenariats avec les trois hyperscalers Google, Azure et AWS, emploie plus de 600 collaborateurs et possède son siège social à Londres et des bureaux en France, aux Etats-Unis, au Canada, aux Pays-Bas, en Allemagne, en Suisse et en Inde.

Atos a connu une actualité mouvementée ces derniers mois. En février dernier, l’entreprise renonçait à acquérir DXC Technology, un projet jugé trop ambitieux. Puis le groupe a annoncé en avril la découverte d’erreurs comptables aux Etats-Unis. Les commissaires aux comptes ont en conséquence émis une réserve. En octobre 2020, Atos devait également s’acquitter d’une amende d’un montant de 855 millions de dollars aux Etats-Unis, suite au rachat de la société Syntel en 2018, société accusée de vol de propriété intellectuelle.

Mi-2021, Atos sortait du CAC 40 et les spéculations étaient fortes sur un éventuel rachat par Thales, Sopra Steria, Capgemini ou encore Orange. Charge à Rodolphe Belmer de faire revenir l’entreprise dans les fleurons du numérique à la française.




Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page