Mobilité

Un type répandu d’astéroïde pourrait être très difficile à

Un type répandu d'astéroïde pourrait être très difficile à détruire, selon une étude


Un trope de la science-fiction veut que la meilleure façon de faire face à
un astéroïde ou une comète menaçante soit de le réduire en miettes. Mais une nouvelle étude analysant des
morceaux réels d’un astéroïde visité par une mission spatiale japonaise
révèle que la tâche n’est peut-être pas si simple.


Une meilleure absorption des chocs


Imaginez que l’on vous donne une grosse éponge et que l’on vous demande de
la réduire en cent morceaux à l’aide d’une simple batte de baseball. La
tâche n’est pas si facile, car l’éponge est poreuse et absorbe bien les
chocs. Il s’avère que beaucoup d’astéroïdes de notre système solaire sont semblables à cette éponge, en ce sens qu’ils sont
constitués d’un amalgame de roches et de rochers.


C’est le cas de l’astéroïde Itokawa échantillonné par la mission Hayabusa 1 de l’Agence spatiale japonaise, qui a
visité le rocher en 2005 et renvoyé son butin sur Terre en 2010.



« Contrairement aux astéroïdes monolithiques, Itokawa n’est pas un bloc
de roche unique, mais appartient à la famille des amas de gravats, ce
qui signifie qu’il est entièrement constitué de roches et de blocs
détachés, dont près de la moitié est vide »
,

a expliqué Fred Jourdan
, professeur à l’Université Curtin, dans un communiqué.


Fred Jourdan est co-auteur d’un nouvel article sur ces travaux publié lundi
dans les

Proceedings of the National Academy of Sciences
.


Lui et ses collègues ont analysé de minuscules morceaux de gravats et de poussières rapportés d’Itokawa.
Ils ont été surpris par les résultats montrant que la roche spatiale est
particulièrement ancienne et résistante, remontant à des milliards d’années plutôt qu’aux quelques centaines de
milliers d’années attendues pour des astéroïdes similaires.



« Une durée de survie aussi étonnamment longue pour un astéroïde de la
taille d’Itokawa est attribuée à la nature absorbante des matériaux des
tas de gravats »
, explique Fred Jourdan.

« En bref, nous avons découvert qu’Itokawa est comme un coussin spatial
géant, et très difficile à détruire »
.


Alors, comment se protéger de ces astéroïdes ?


Cette découverte a des implications sur la manière dont nous pourrions un
jour protéger la Terre d’un impact potentiel d’un gros
astéroïde se dirigeant vers nous. D’une part, la longue durée de vie
potentielle des astéroïdes en tas de gravats signifie qu’ils sont
probablement encore plus courants qu’on ne le pensait.
Cela signifie que l’idée de simplement écraser un astéroïde avec l’équivalent métaphorique d’une énorme batte de baseball n’est
probablement pas la meilleure approche.



« La bonne nouvelle, c’est que nous pouvons aussi utiliser ces
informations à notre avantage »
, explique Nick Timms, co-auteur et professeur associé à
Curtin.

« Si un astéroïde est détecté trop tard pour une poussée cinétique,
nous pouvons alors potentiellement utiliser une approche plus agressive,
comme l’utilisation de l’onde de choc d’une explosion nucléaire proche
pour pousser un astéroïde en tas de gravats hors de sa trajectoire sans
le détruire. »


La NASA a récemment essayé l’approche de la poussée cinétique avec sa

mission DART
, et les explosions nucléaires étaient souvent un élément de base des
intrigues de science-fiction impliquant des corps célestes porteurs de
malheurs. Mais, normalement, les héros de Hollywood utilisent une bombe
nucléaire pour détruire l’objet lui-même.


Ces nouvelles recherches suggèrent que le fait de réduire les roches
spatiales en miettes de plus en plus petites n’est peut-être pas le moyen
le plus efficace ou le plus efficient de défendre une planète, même s’il
s’agit d’une excellente intrigue.


Si nous ne pouvons pas détruire un astéroïde qui s’approche, nous pouvons
peut-être le faire sortir du champ à la place.




Article de CNET.com adapté par CNET France


Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page