Informatique

Rançongiciel : Un suspect arrêté dans le Vaucluse soupçonné

Rançongiciel : Un suspect arrêté dans le Vaucluse soupçonné de blanchiment

Les forces de l’ordre ont confirmé auprès de l’AFP avoir arrêté un suspect dans plusieurs affaires liées à des attaques par rançongiciel.

L’homme de 23 ans vivait dans le Vaucluse. Il a été identifié par l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication (OCLCTIC), qui avait reçu des renseignements concernant le suspect avant de procéder à son arrestation mardi 7 décembre. La perquisition a permis de saisir un lingot d’or et une Rolex au domicile du suspect, ainsi que plusieurs porte-monnaie numériques contenant l’équivalent de 19 millions d’euros dans diverses cryptomonnaies.

Le suspect se défend en expliquant que ces sommes proviennent d’investissements qu’il aurait réalisés. Mais les autorités estiment plutôt que cet argent proviendrait de rançons récupérées dans le cadre d’attaque au rançongiciel, que le suspect aurait aidé à blanchir. Il a été mis en examen pour blanchiment d’argent, mais a été placé sous contrôle judiciaire par le juge des libertés. L’enquête, qui se poursuit, tentera de cerner son rôle exact dans différentes affaires de rançongiciels, qui n’ont pas été détaillées.

Viser les affiliés plutôt que les têtes pensantes

Plus tôt cette semaine, Europol, le FBI et la police roumaine ont également annoncé l’arrestation d’un suspect basé en Roumanie.

L’homme de 41 ans est suspecté d’avoir infiltré plusieurs systèmes informatiques afin d’y déposer des ransomwares pour le compte de groupes spécialisés dans ce type d’attaques, et de vol de données sur ces mêmes cibles. Les forces de l’ordre n’ont pas communiqué sur le ou les groupes de rançongiciels pour le compte desquels le suspect travaillait. Europol indique néanmoins que l’homme est suspecté dans le cadre du piratage d’une société roumaine spécialisée dans les livraisons à destination des établissements commerciaux, ainsi que dans d’autres piratages dans les secteurs de l’énergie et des services publics.

Si dans de nombreux cas de ransomware les forces de l’ordre peinent à interpeller les cerveaux des réseaux cybercriminels à l’œuvre, les dernières annonces montrent que les autorités n’hésitent pas à viser les « petites mains » des écosystèmes identifiées au cours des enquêtes.




Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page