Informatique

Pourquoi les Gafam sont des conglomérats en formation (et

Pourquoi les Gafam sont des conglomérats en formation (et pourquoi ils seront scindés)

Les conglomérats sont morts. Mais les grandes entreprises technologiques le comprennent-elles vraiment ? Pas sûr.


Considérez ces développements récents :


  1. GE se scinde en trois sociétés publiques.
  2. Johnson & Johnson sépare ses activités grand public de ses dispositifs médicaux et de ses activités pharmaceutiques.

  3. Toshiba se scinde en trois sociétés autonomes.


Nous pourrions ajouter d’autres exemples, comme AT&T qui se sépare de ses activités dans le domaine des médias.


La raison de la scission de ces conglomérats est assez simple. Ces géants sont devenus grands et encombrants et se sont alourdis. En se séparant, les entreprises qui découlent de ces séparations peuvent être plus performantes et mieux cibler leurs clients. Lorsque la croissance disparaît, la raison d’être d’un conglomérat disparaît également. L’argument en faveur des conglomérats – l’idée qu’une gestion magique peut diriger n’importe quelle entreprise – s’estompe.


Ray Wang, auteur de Everybody Wants to Rule the World, expliquait lors d’une récente interview pourquoi le système des conglomérats est défectueux. Mais les conglomérats peuvent être aussi compétitifs. Ils doivent former des coentreprises, construire un écosystème et attirer des investisseurs. Pensez à l’accord Honeywell Quantum-Cambridge Quantum.


« Beaucoup de ces entreprises ont besoin d’un plus grand nombre de coentreprises pour constituer un portefeuille de start-ups innovantes dans ces secteurs », a expliqué M. Wang. « C’est ainsi qu’elles réussissent. Les acteurs historiques devraient être des holdings qui possèdent des portefeuilles (de startup). »


La grande question ici est de savoir quand les géants de la technologie deviendront des acteurs historiques et classiques de l’économie. Les grandes entreprises technologiques sont occupées à construire des quasi conglomérats et peuvent tirer leur épingle du jeu car la croissance est là. Cependant, la gravité existe toujours et il y a fort à parier que les grandes entreprises technologiques se diviseront un jour ou l’autre. Pensez à la scission de Hewlett-Packard en HP et HPE comme exemple de cela.


Considérez les géants de la technologie suivants.

  • Amazon. L’entreprise est surtout connue pour ses opérations de commerce électronique, mais c’est Amazon Web Services, un géant du cloud, qui réalise les bénéfices. À un moment donné, les actionnaires et les militants se demanderont pourquoi l’unité de cloud computing subventionne le commerce de détail. Amazon se développe également dans la publicité. On pourrait dire que ces activités sont vaguement liées (jusqu’à ce que la musique s’arrête).
  • Microsoft. Malgré l’obsession de Microsoft d’être cool, c’est un géant des logiciels d’entreprise. Microsoft, c’est la productivité. Cependant, Xbox n’a rien à voir avec la productivité. Est-ce que Xbox ferait mieux tout seul ?
  • Apple. Toutes choses égales par ailleurs, Apple est la société la plus focus de ce groupe. L’objectif d’Apple est de fusionner les logiciels, le matériel et les expériences. À partir de là, Apple s’attache à vous faire bénéficier de services et de son écosystème. Ce plan ne devient un problème que lorsqu’Apple fait quelque chose d’absurde – comme lancer une Apple Car et devenir un constructeur automobile.
  • Google/Alphabet. Google est devenu un semi conglomérat mais a mis en place une structure qui lui permet de faire de gros paris via sa structure Alphabet. Google restera plus concentré, mais on peut dire que Google Cloud peut finalement être la version d’AWS du géant de la recherche. Alphabet va faire de grands paris et éventuellement scinder des entreprises indépendantes.


  • Meta. L’entreprise anciennement connue sous le nom de Facebook a construit un conglomérat dont le but est de capter votre temps et votre attention. Dans cette construction, le metaverse est en ligne avec Instagram, WhatsApp et Facebook. Cependant, ne soyez pas surpris si quelqu’un commence à demander si Oculus doit faire partie de Meta ou être une entité distincte.


Aujourd’hui, ces géants sont des conglomérats en formation avec une croyance relativement forte dans la gestion de la magie et les duopoles. Dans une ou deux décennies ils auront certainement été divisés en de multiples parties.


Source : « ZDNet.com »




Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page