Informatique

Les plateformes low-code et no-code ne sont pas du luxe

Les plateformes low-code et no-code ne sont pas du luxe

La règle éprouvée du « follow the money » (suivez l’argent) suggère certainement que le low-code et le no-code font partie des tendances à suivre en 2022. Mais ces plateformes sont désormais plus que de simples outils attrayants permettant aux utilisateurs de réaliser leurs projets favoris. Elles sont des composantes essentielles et nécessaires des stratégies numériques des entreprises pour l’avenir.

Tout récemment, la plateforme low-code Airtable a annoncé qu’elle valait à présent 11 milliards de dollars après son dernier tour de financement. L’entreprise fait valoir que son approche ouverte permet aux professionnels qui ne maîtrisent pas les langages de codage tels que Java ou Python de jouer un rôle dans la refonte de l’expérience numérique du consommateur et du client.

Ce mouvement s’inscrit dans une démocratisation croissante de la programmation, née d’une nécessité. À l’heure où la transformation numérique est partout, « s’appuyer sur les départements informatiques et les programmeurs professionnels n’est pas viable », analyse l’éditeur américain O’Reilly. « Nous devons permettre aux personnes qui ne sont pas des programmeurs de développer les logiciels dont ils ont besoin. Nous devons permettre aux gens de résoudre leurs propres problèmes informatiques. » Dans le même temps, « les programmeurs savent que leurs emplois ne disparaîtront pas avec une prise de contrôle à grande échelle du low-code, mais il est indéniable que leurs rôles en tant que programmeurs vont changer au fur et à mesure que les entreprises adopteront des solutions low-code. » En effet, « les programmeurs professionnels seront nécessaires pour faire ce que les utilisateurs de solutions low-code ne peuvent pas faire. Ils construisent de nouveaux outils, et établissent les connexions entre ces outils et les anciens outils….. Le low-code va inévitablement créer plus de travail, plutôt que moins. »

Différents niveaux d’applications

Les experts du secteur s’accordent à dire que le low-code et le no-code sont plus qu’un luxe agréable pour les utilisateurs finaux, mais une véritable nécessité. « J’ai vu des prédictions selon lesquelles les besoins en développement d’applications au cours des cinq prochaines années dépasseront collectivement la quantité d’applications construites au cours des trois ou quatre dernières décennies », déclare Ryan Berry, vice-président et architecte logiciel chez OneStream Software.

Bien que ces outils permettent une innovation plus rapide, « les outils low-code ne remplacent pas le besoin d’applications d’entreprise construites de manière traditionnelle », déclare Ryan Berry. « Il y aura toujours des besoins pour des solutions construites par des développeurs professionnels, comme des API critiques, des applications Web à faible latence et à haute performance, voire des applications mobiles natives. L’outillage low-code crée un pont pour permettre à l’entreprise d’améliorer les portefeuilles d’applications commerciales et internes, en donnant aux développeurs ayant peu ou pas d’expérience en matière de développement la possibilité de créer rapidement des applications telles que des formulaires de saisie, des applications de validation de données et des outils de surveillance ou de gestion à distance. »

Cette facilité à créer des applications doit toutefois être gérée avec soin, et c’est là que les professionnels de l’informatique doivent intervenir. « L’un des risques est que les développeurs peu ou pas expérimentés n’ont souvent qu’une compréhension limitée de la manière dont le problème qu’ils tentent de résoudre avec l’automatisation touche d’autres objectifs de l’entreprise, tels que la sécurité et la conformité », explique Harel Tayeb, PDG de Kryon Systems. En général, dit-il, « les développeurs citoyens ne sont pas au fait de ces exigences et ont donc besoin de garde-fous ».

En outre, les responsables informatiques doivent « écarter toute inquiétude quant aux risques de sécurité et de conformité que les nouveaux développeurs peu expérimentés peuvent créer pour l’entreprise », explique Ryan Berry. « Il faut également s’assurer que ces applications sont construites de manière à pouvoir évoluer et se développer en fonction des changements organisationnels. Pour réussir le déploiement de ces plateformes, il faut accorder une attention particulière à la formation aux exigences de conformité et aux procédures de traitement des données de l’entreprise, ainsi qu’à la formation aux plateformes low-code et no-code. »

Fort potentiel

En fin de compte, l’avenir du low-code et du no-code est positif. « Les développeurs peu ou pas expérimentés, ou les individus qui utilisent la technologie pour développer une application commerciale, ont le pouvoir de faire progresser l’automatisation et la transformation numérique », explique Harel Tayeb. « Pour le développeur inexpérimenté, c’est une occasion de se perfectionner, d’acquérir une nouvelle compétence précieuse et d’assurer l’avenir de sa carrière. Qui sait quelles applications susceptibles de changer la vie attendent d’être développées ? »

Par exemple, raconte-t-il, « chez Kryon, lorsque notre bureau de Tel Aviv a rouvert, notre administrateur de bureau a été chargé de s’assurer que toutes les personnes qui entraient dans le bureau respectaient les consignes de sécurité. Il s’agissait notamment de signer pour le suivi des contrats, de vérifier la température et de se désinfecter les mains. Notre administratrice a constaté que cette tâche l’empêchait de s’acquitter de ses fonctions habituelles. Elle a donc créé un robot pour gérer les tâches administratives. Elle a nommé ce robot « Hygeia », qui automatise l’ensemble du processus à chaque fois qu’un employé ou un visiteur entre dans le bâtiment. Cela lui a permis de gagner des heures par jour et de rester concentrée sur ses autres tâches, tout en respectant les exigences de sécurité liées au retour de notre équipe au bureau. »

Il existe un grand potentiel pour les développeurs inexpérimentés et professionnels qui développent ces différents niveaux d’applications. Une éducation appropriée et l’inclusion de l’informatique dans la décision de toute plateforme low-code et no-code « établissent également une base des situations idéales dans lesquelles ces applications de nouvelle génération peuvent être exploitées, comment elles sont déployées et, surtout, comment elles et les données avec lesquelles elles interagissent sont sécurisées », dit Ryan Berry.

« S’attaquer à ces défis plus tôt que tard peut contribuer à la réussite du déploiement et aider les organisations à réaliser la valeur immédiate de l’augmentation du nombre de développeurs informatiques professionnels pour inclure cette nouvelle population de développeurs moins expérimentés. »

Source : ZDNet.com




Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page