Informatique

Les emplois open source existent

Les emplois open source existent

Rien qu’aux Etats-Unis, le taux de chômage dans le secteur des technologies a atteint 2,1% en mai. Il s’agit d’une légère baisse par rapport au mois d’avril, mais avec 623 627 offres d’emploi dans ce secteur, cela représente une augmentation de 52 % par rapport à l’année précédente. La Fondation Linux et la plateforme d’apprentissage edX ont constaté, dans leur dixième rapport annuel sur les emplois dans le secteur de l’open source, que le marché est encore meilleur pour les chercheurs d’emploi avertis dans le domaine de l’open source.

Mais, à quel point ? Selon l’analyse de MarketandMarket, « le marché mondial des services open source devrait croître à un taux de croissance annuel composé (TCAC) de 18,2 % […] pour atteindre 50,0 milliards de dollars en 2026, contre 21,7 milliards en 2021. »

Qu’est-ce que cela signifie pour les chercheurs d’emploi dans le domaine de l’open source ? Le rapport indique que 73 % des professionnels déclarent qu’il leur serait facile de trouver un nouvel emploi. En revanche, 93 % des employeurs ont du mal à trouver des talents qualifiés.

Un tiers des professionnels quittent leur emploi

Jusqu’à présent, la plupart des professionnels de l’open source (63 %) ont indiqué qu’ils n’avaient pas changé d’emploi au cours de l’année écoulée. Bien sûr, cela signifie aussi qu’un sur trois a quitté son emploi. Les employeurs tentent donc désespérément de conserver leur personnel qualifié. Ce n’est peut-être pas le phénomène de « Grande Démission », mais cela rend tout de même la vie très difficile pour les ressources humaines.

« Toutes les entreprises ont eu du mal à recruter et à retenir les talents l’année dernière, et l’industrie de l’open source n’a pas fait exception », a déclaré Jim Zemlin, directeur exécutif de la Fondation Linux. « Les organisations qui veulent s’assurer qu’elles disposent des talents nécessaires pour atteindre leurs objectifs commerciaux doivent non seulement se différencier pour attirer ces talents, mais aussi chercher des moyens de combler le déficit de compétences en développant les talents nouveaux et existants. »

« Il existe un énorme écart entre l’offre et la demande », a déclaré Clyde Seepersad, premier vice-président et directeur général de la formation et de la certification de la Fondation Linux. Mais, la rotation des emplois aurait pu être encore pire. Selon Clyde Seepersad, « les employeurs ont été plus proactifs. Cela a permis d’éviter une partie de la rotation qui aurait pu se produire autrement. »

Ce qui empêche les gens de quitter le navire, c’est de leur offrir un « travail à distance ». « Quand on pense à certains endroits où le coût de la vie est élevé, comme dans la baie de San Francisco ou à Bangalore, il est très intéressant de permettre aux gens de travailler depuis d’autres endroits, compte tenu du coût de la vie et de l’impact sur leurs revenus réels », a déclaré Clyde Seepersad.

L’augmentation des salaires est également devenue très importante. « Le salaire a également été un facteur, mais il pourrait être le troisième ou le quatrième facteur », a déclaré Clyde Seepersad. Mais « il est clair que c’est maintenant le numéro un. »

Pour être exact, le rapport a révélé que la rémunération est devenue
le principal facteur de différenciation : Deux professionnels de l’open
source sur trois ont déclaré qu’un salaire plus élevé les dissuaderait
de quitter un emploi. Dans le même temps, l’horaire flexible et le
travail à distance devenant la norme, les incitations financières sont
plus importantes que jamais. Notez que les horaires flexibles et le
travail à domicile sont en train de devenir la norme. Sans cela,
n’espérez pas conserver les meilleurs talents de l’open source.

Rareté des talents

Attention, les talents qualifiés dans le domaine de l’open source sont plus difficiles à trouver que jamais. La grande majorité des employeurs (93 %) déclarent avoir des difficultés à trouver les bonnes personnes possédant les bonnes compétences.

Cette tendance n’est pas prête de s’inverser. Près de la moitié (46 %) des employeurs prévoient d’augmenter le nombre de leurs recrutements dans le domaine de l’open source au cours des six prochains mois.

Une autre façon de garder les gens est de former ceux que vous avez déjà. Selon Clyde Seepersad, dans le passé, « les responsables du recrutement des entreprises vous disaient carrément qu’ils n’investissaient pas vraiment dans la formation, car cela ne faisait qu’encourager les gens à trouver un autre emploi. Cet état d’esprit a vraiment changé. » C’est parce que « si vous n’essayez pas d’encourager et de développer la croissance, les employés vont aller ailleurs. Oui, le salaire est devenu plus important. Mais si vous investissez dans leur carrière, dans la relation, vous pouvez créer une loyauté avec votre personnel. »

Un problème connexe est que les certifications sont également plus importantes que jamais. Près de 90 % des employeurs disent qu’ils paieront pour que les employés obtiennent des certifications, et 81 % des professionnels prévoient d’ajouter des certifications. En outre, 69 % des employeurs sont plus susceptibles d’embaucher un professionnel de l’informatique possédant une certification.

Par effet secondaire, l’expérience préalable perd de son importance avec la pénurie de talents. Si vous avez une certification qui montre que vous avez les bonnes compétences, il est plus facile aujourd’hui de trouver un emploi.

Les compétences les plus demandées

Quelles compétences ? Pour l’avenir, tout tourne autour des clouds et des conteneurs. En effet, 69 % des employeurs recherchent des personnes qui s’y connaissent en matière de clouds, de Docker et de Kubernetes. Les compétences purement Linux restent également très demandées par 61 % des responsables du recrutement. Ce n’est pas surprenant puisque sous le cloud et les conteneurs se cache Linux.

Il n’est pas non plus surprenant que les préoccupations en matière de sécurité augmentent. Les compétences en matière de cybersécurité arrivent en quatrième position dans les décisions d’embauche, selon 40 % des employeurs, après le cloud, Linux et DevOps.

D’ailleurs, DevOps est également de plus en plus important. Clyde Seepersad observe qu’« il existait autrefois des cloisons bien définies entre l’équipe de développement et l’équipe de mise en œuvre. Elles s’effondrent sous le poids des nouvelles attentes. »

La formation à la sécurité devient également d’une importance vitale. Il n’y a tout simplement pas assez de compétences en matière de sécurité. Les employés le savent. Et 77 % des professionnels de l’open source déjà employés disent qu’ils bénéficieraient d’une formation supplémentaire en matière de sécurité.

Si vous deviez choisir une compétence sur laquelle vous concentrer pour entrer sur le marché de l’emploi de l’open source, Clyde Seepersad propose un choix intéressant : Git, le système de contrôle de version distribué.

Pourquoi ? Parce que maintenant tout le monde utilise Git. « L’objectif n’est pas nécessairement de dire que vous avez fait 1000 pulls acceptés d’un dépôt Git », a déclaré Clyde Seepersad. « Il s’agit de s’habituer à ce travail pour se mettre dans la dynamique de travailler souvent en collaboration sur du code. Et tout le monde est un développeur maintenant. Auparavant, les personnes qui se trouvaient davantage du côté de la sécurité du déploiement de l’ingénierie hésitaient à examiner le code de plus près parce que l’idée était du ressort des développeurs. Et la même chose était vraie avec les développeurs, en termes de choses comme l’évolutivité. Mais cela s’est effondré avec DevOps, et maintenant tout le monde est collectivement responsable du code. À mesure que vous apprenez ce qu’est le code et comment il est géré, vous avez la possibilité d’y contribuer. Et, avec cela, vous pouvez vous mettre dans une très bonne position. »

Et, avec tous ces petits pas, vous vous rapprocherez à pas de géant d’une grande carrière dans l’open source.

Source : ZDNet.com




Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page