Mobilité

Le télescope James-Webb pourrait avoir découvert les

Le télescope James-Webb pourrait avoir découvert les ingrédients de la vie dans un nuage froid et obscure


Lundi, dans la revue

Nature
, des scientifiques travaillant avec le

télescope spatial James-Webb
ont annoncé la découverte d’un ensemble étonnant de molécules glacées
cachées dans le nuage. Il ne s’agit pas de simples molécules mais du genre
de briques interstellaires qui, un jour, fusionneront pour former la
prochaine génération d’étoiles et de planètes, et qui pourraient même mener
à l’apparition de la vie telle que nous la connaissons.


En plus d’éléments tels que le dioxyde de carbone, l’ammoniac et l’eau
gelés, James-Webb a également réussi à détecter des preuves de ce que l’on
appelle des « molécules prébiotiques » dans le nuage. Il s’agit
simplement de produits chimiques spécifiques connus pour favoriser les
conditions propices aux précurseurs de la vie. «

Notre identification de molécules organiques complexes, comme le
méthanol et potentiellement l’éthanol, suggère également que les
nombreux systèmes d’étoiles et de planètes qui se développent dans ce
nuage particulier hériteront de molécules dans un état chimique assez
avancé

», a déclaré Will Rocha, astronome à l’Observatoire de Leiden qui a
contribué à la découverte. «

Cela pourrait signifier que la présence de molécules prébiotiques dans
les systèmes planétaires est un résultat commun de la formation des
étoiles, plutôt qu’une caractéristique unique de notre propre système
solaire.

»


En d’autres termes, peut-être que nous ne sommes pas seuls dans l’univers
parce que les ingrédients qui nous ont fait naître sont des sous-produits
extraordinairement communs de bébés étoiles. Pour autant, cela ne signifie
pas que nous avons trouvé la preuve d’une vie extraterrestre. Nous ne
savons pas exactement ce qui va advenir de ces molécules portées par les
nuages au fil du temps. Cependant, « c

es observations ouvrent une nouvelle fenêtre sur les voies de formation
des molécules simples et complexes nécessaires à la fabrication des
éléments constitutifs de la vie

», estime Melissa McClure, astronome à l’Observatoire de Leiden et auteur
principal de l’article.


James-Webb a joué un rôle déterminant



James-Webb

fonctionne en utilisant ses miroirs dorés et ses instruments de haute
technologie pour détecter des longueurs d’onde spécifiques de la lumière
qui se situent dans la région infrarouge du spectre électromagnétique. Or,
une grande partie de la lumière émanant de différentes régions de
l’univers, en particulier de l’intérieur des nuages de formation d’étoiles,
arrive à notre point d’observation sur Terre sous forme de lumière
infrarouge invisible. D’où le rôle crucial de ce télescope de dernière
génération.


Cette machine est littéralement construite pour décoder toute cette lumière
infrarouge de l’espace lointain et la transformer en quelque chose de
compréhensible pour notre esprit et notre technologie, ce qui permet
d’élucider une multitude de secrets cosmiques.


Pendant que James-Webb observait Chamaeleon I, il a capté un ensemble de
longueurs d’onde infrarouges associées aux molécules glacées cachées dans
la brume, et les a transformées en informations exploitables par l’équipe
de scientifiques qui utilise le télescope.

james webb nuage froid 1 



Cette infographie illustre le spectre de l’énergie électromagnétique,
en mettant en évidence les parties détectées par les télescopes
spatiaux Hubble, Spitzer et Webb de la Nasa. Nasa et J. Olmsted
[STScI].


En fait, la lumière émise par une étoile à l’arrière-plan du nuage a en
quelque sorte touché tout ce qui se trouvait sur son chemin jusqu’aux
lentilles de

James-Webb

. Plus précisément, lorsque les longueurs d’onde ont traversé le nuage
lui-même, elles sont entrées en contact avec toutes ces molécules glacées
qui flottent à l’intérieur. Une partie de la lumière des étoiles a été
absorbée par ces molécules glacées, laissant dans son sillage une sorte
d’empreinte digitale. Ces empreintes sont appelées spectre d’absorption et,
une fois analysées, elles permettent de déduire ce qui les a créées. Dans
ce cas, les empreintes digitales ont permis aux scientifiques d’en savoir
plus sur les molécules de glace.


«

Nous n’aurions tout simplement pas pu observer ces glaces sans Webb

», souligne Klaus Pontoppidan, scientifique du projet Webb au Space
Telescope Science Institute, qui a participé à cette recherche. «

Dans les régions aussi froides et denses, une grande partie de la
lumière de l’étoile de fond est bloquée et la sensibilité de Webb était
nécessaire pour détecter la lumière de l’étoile et donc identifier les
glaces dans le nuage moléculaire.

»

james webb nuage froid 2 



Ces graphiques montrent les données spectrales de trois des instruments
du télescope spatial James-Webb. En plus des glaces simples l’eau,
l’équipe scientifique a pu identifier des formes congelées d’un large
éventail de molécules, du dioxyde de carbone, de l’ammoniac et du
méthane à la molécule organique complexe la plus simple, le méthanol.
NASA, ESA, ASC, Joseph Olmsted (STScI)


À l’avenir, l’équipe a l’intention de suivre comment ces glaces et
composants prébiotiques évoluent au fil du temps dans Chamaeleon I, à
mesure que des disques de formation de planètes commencent à apparaître
dans la région. Comme l’explique Mélissa McClure, «

cela nous indiquera quel mélange de glaces, et donc quels éléments,
peut finalement être livré aux surfaces des exoplanètes terrestres ou
incorporé dans les atmosphères des planètes géantes gazeuses ou
glacées.

»



Article de CNET.com adapté par CNETFrance


Image : Nasa, Esa, CSA


Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page