Science

La revue Riftbreaker : l’exploitation minière interplanétaire avec un extraterrestre

Image par défaut du nouveau scientifique

Dans The Riftbreaker, vous explorez un monde extraterrestre et le préparez à la colonisation

EXOR Studios

Jeu

Le brise-faille Exor Studios

PC, PlayStation 4 et 5, Xbox One et Series X/S

EN écrivant cette chronique, j’essaie de me rappeler que beaucoup de Nouveau scientifiqueLes lecteurs de ne jouent pas aux jeux vidéo. Dans cet esprit, j’essaie de choisir des titres qui ont quelque chose à dire sur la science ou la technologie mais qui n’exigent pas de connaissance de la terminologie des joueurs. Ce mois-ci, j’ai échoué, mais restez avec moi pendant que je vous parle de l’un des jeux les plus divertissants auxquels j’ai joué cette année.

The Riftbreaker vous présente comme Ashley Nowak, un explorateur envoyé en aller simple sur la planète lointaine de Galatée 37. Vraiment, vous incarnez son costume de mech imposant, surnommé M. Riggs. L’histoire est mince comme du papier – il y a une brève mention de la Terre étant inhabitable après « l’événement de Yellowstone », vraisemblablement une référence au potentiellement apocalyptique supervolcan au Wyoming. Votre travail consiste à arpenter la planète, à construire une « porte du rift » pour permettre la téléportation vers la Terre et à préparer Galatea 37 à la colonisation.

Tout commence assez simplement, lorsque vous installez des éoliennes et des panneaux solaires pour alimenter des mines automatisées et collecter des ressources. Mais ensuite, vous êtes attaqué par les animaux locaux – des hordes écrasantes de bêtes reptiliennes. M. Riggs est hérissé d’armes pour se défendre. Vous pouvez également installer des murs et des tourelles pour construire une base défendable. Ensuite, il y a les catastrophes naturelles, telles que les tremblements de terre et les impacts de météores, et les intempéries qui interfèrent avec votre production d’électricité.

« Avant de vous en rendre compte, vous chassez les goulots d’étranglement tout en vous arrêtant de temps en temps pour faucher les extraterrestres »

Cette boucle – rassembler des ressources, améliorer vos armes et votre base et vous défendre – propulse l’ensemble du jeu, mélangeant habilement deux genres connus sous le nom de stratégie en temps réel (RTS) et de tireurs à double manche. La première consiste généralement à constituer une armée et à la briser dans une autre jusqu’à ce que l’un d’entre vous soit rayé de la carte. Ce dernier consiste à contrôler un personnage et à éviter les ennemis lorsque vous essayez de les abattre.

Combiner ces genres est une idée assez étrange, mais Le Riftbreaker le fait vraiment fonctionner, car votre base et M. Riggs travaillent en tandem pour retenir les extraterrestres. Ce que j’aime particulièrement Le brise-faille est-ce que, contrairement aux jeux RTS basés sur des missions tels que les classiques du genre StarCraft ou Commander et conquérir, votre base persiste tout au long du jeu, ce qui signifie qu’elle se transforme en un géant tentaculaire. Je me suis parfois retrouvé à trébucher sur des sections que j’avais construites des heures plus tôt et que j’avais complètement oubliées.

Au fur et à mesure que vous développez votre base, le jeu introduit un autre concept dont les lecteurs réguliers sauront que je suis un grand fan : des chaînes d’approvisionnement. Alors que vos bâtiments initiaux sont faits de carbone et de fer facilement disponibles (ou « carbonium » et « ironium » comme le jeu les appelle étrangement), la construction de la porte de la faille nécessite des matériaux plus rares tels que l’uranium et le cobalt qui ne peuvent être trouvés qu’en visitant d’autres zones de Galatée 37 et la mise en place d’avant-postes, qui à leur tour ont besoin d’être approvisionnés. Avant de vous en rendre compte, vous poursuivez les goulots d’étranglement de votre système tout en vous arrêtant de temps en temps pour faucher les extraterrestres. C’est comme si Ellen Ripley avait un poste à côté en tant que responsable logistique.

En jouant, je me suis demandé si je devais me sentir mal à propos de l’exploitation à ciel ouvert d’une planète entière. Ce point est abordé avec quelques lignes de dialogue, et bien que vous puissiez choisir d’utiliser uniquement l’énergie solaire, éolienne, biomasse ou géothermique tout au long du jeu et recevoir un succès « passage au vert » pour le faire, vous frayer un chemin à travers la biosphère est trop amusant à manquer.


Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page