Informatique

La généralisation du travail hybride pousse les entreprises

La généralisation du travail hybride pousse les entreprises à s'adapter

La plupart des décideurs informatiques estiment aujourd’hui que le travail hybride sera bientôt la nouvelle norme. Dans le même temps, les entreprises encouragent le retour de leur personnel au bureau.

Selon l’étude « Future of Work 2022 », réalisée par la société de marketing technologique Foundry, les entreprises doivent soutenir de nouvelles formes de collaboration et remodeler l’expérience de leurs employés.

Le travail hybride s’impose, surtout dans les plus grandes entreprises

Pour cette enquête, Foundry a interrogé 401 décideurs informatiques et commerciaux aux Etats-Unis. Au total, 94 % des organisations interrogées ont mis en place une structure de travail hybride. Et 72 % d’entre elles pensent que l’attitude à l’égard du travail hybride est désormais plus positive.

L’étude indique également que 69 % des décideurs informatiques pensent que l’augmentation du télétravail influe sur la planification des espaces de bureau ainsi que sur le personnel informatique et le personnel en général. Quelque 41 % des personnes interrogées estiment que le travail hybride restera en place à l’avenir, tandis que 29 % estiment que le travail se fera uniquement en présentiel, et 30 % uniquement à distance.

Si le travail hybride semble plus réaliste aujourd’hui, il existe pourtant des différences importantes entre la manière dont les organisations l’appréhendent, selon leur taille. Comme le révèle l’étude de Foundry, les entreprises de plus de 1 000 employés sont plus susceptibles de maintenir le travail hybride que les plus petites organisations. Quelque 49 % des répondants prévoient un avenir hybride, contre 33 % des petites entreprises de moins de 1 000 employés.

Un télétravail pas encore généralisé

Les entreprises de vente au détail, les administrations et les organisations de services sont beaucoup moins susceptibles de considérer le travail hybride pour leur avenir. Dans le secteur de la haute technologie, 46 % des répondants considèrent que le télétravail est acceptable, contre 30 % pour l’ensemble des catégories. Les résultats sont cohérents avec plusieurs autres grandes enquêtes suggérant que le travail hybride sera la voie de l’avenir. Mais la manière d’aborder ce changement de manière optimale reste à débattre.

Microsoft a récemment publié un rapport, « 2022 Work Trend Index », qui indique que 38 % des employés hybrides pensent que leur plus grand défi sera de savoir quand et pourquoi venir au bureau. Seulement 28 % des entreprises ont par ailleurs établi des accords d’équipe pour clarifier quand cela doit se produire. En bref, les dirigeants doivent faire en sorte que le bureau vaille la peine de faire la navette.

L’étude de Foundry révèle une autre tendance intéressante : 60 % des personnes interrogées ont investi – ou prévoient d’investir – dans des contrôles de sécurité comme l’authentification multifactorielle, la détection et la réponse aux points de terminaison et les VPN.

Hausse du recours aux outils collaboratifs

Près de la moitié des entreprises interrogées (49 %) estiment que le télétravail et le travail hybride ont changé la façon dont leurs clients choisissent d’interagir avec elles. Ils utilisent notamment des outils de travail collaboratif. Les organisations les plus touchées sont celles du secteur de l’éducation (65 %), de la haute technologie (57 %) et des services (61 %).

La collaboration reste un problème majeur pour de nombreuses entreprises, soulignent les auteurs de l’étude réalisée par Foundry. Plus de la moitié (51 %) d’entre elles la citent comme un défi, les organisations de l’industrie manufacturière (72 %) et du commerce de détail (80 %) étant plus nombreuses à s’inquiéter de la manière de soutenir la collaboration entre leurs employés. En outre, un tiers des répondants tentent de trouver la meilleure façon d’organiser des réunions hybrides et 30 % s’inquiètent d’une baisse de productivité des employés.

Sur une note positive, compte tenu de l’augmentation des démissions et des difficultés à pourvoir les postes vacants, 42 % des personnes interrogées reconnaissent que l’option du télétravail a facilité le recrutement pour les postes ouverts. Pour les organisations qui ont opté pour le télétravail intégral, 64 % notent qu’il est plus facile d’attirer des talents.

Source : ZDNet.com




Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page