Mobilité

Des scientifiques ont fabriqué un robot en métal liquide qui

Des scientifiques ont fabriqué un robot en métal liquide qui se transforme comme un Terminator


Cela fait 30 ans que des

robots
tueurs en métal liquide sont entrés dans nos cauchemars avec le film Terminator 2 : Le Jugement dernier de 1991. Le robot métamorphe
T-1000 de ce film pouvait surmonter n’importe quel obstacle tout en
transformant des parties de son corps en arme. Des scientifiques de
l’Université de Hong Kong ont en quelque sorte réalisé cette vision
cauchemardesque en créant un minuscule système robotique capable de passer
de l’état solide à l’état liquide et vice-versa.


L’équipe affirme avoir été inspirée non pas par Hollywood, mais par un
concombre de mer, qui peut passer d’un état mou à un état rigide. «

Donner aux robots la capacité de passer d’un état liquide à un état
solide leur confère davantage de fonctionnalités

», explique Chengfeng Pan, ingénieur à l’Université de Hong Kong, qui a
dirigé l’étude.


Les chercheurs ont illustré les capacités de leur robot en le plaçant dans
une cage dont il s’échappe en changeant de forme. Dans la vidéo ci-dessous,
le

robot
se transforme en liquide, passe entre les barres et entre dans un moule où
il refroidit, se reforme et ressort. La démonstration fait partie d’une
étude publiée dans la revue


Matter
.


Selon l’auteur principal, Carmel Majidi, de l’université Carnegie Mellon,
ce sont les aimants qui rendent possible ce changement de phase. «

Les particules magnétiques ont ici deux rôles… D’une part, elles
rendent le matériau sensible à un champ magnétique alternatif, de sorte
que l’on peut, par induction, chauffer le matériau et provoquer le
changement de phase. D’autre part, les particules magnétiques donnent
aux robots la mobilité et la capacité de se déplacer en réponse au
champ magnétique.

»


Les particules sont incorporées dans du gallium, un métal dont le point de
fusion est très bas, à peine 30 Celsius, ce qui crée une substance plus
liquide que d’autres matériaux à changement de phase plus visqueux. Lors
des tests, ces mini robots ont été capables de passer par-dessus des
obstacles, d’escalader des murs, de se diviser en deux et de fusionner à
nouveau, tout en étant contrôlés magnétiquement.


«

Désormais, nous utilisons ce système de matériaux de manière plus
pratique pour résoudre des problèmes médicaux et techniques très
spécifiques

», annonce Chengfeng Pan. Lors d’autres démonstrations, les

robots
ont été utilisés pour souder des circuits, administrer des médicaments et
retirer un corps étranger d’un estomac artificiel.


Les chercheurs envisagent que le système puisse servir à effectuer des
réparations dans des endroits difficiles d’accès et qu’il serve de « vis
universelle », en fondant dans une cavité avant de durcir, évitant d’avoir
à visser. L’équipe se montre particulièrement enthousiaste quant aux
utilisations médicales potentielles.


«

Les travaux futurs devraient permettre d’explorer davantage la manière
dont ces robots pourraient être utilisés dans un contexte biomédical

», poursuit Carmel Majidi. «

Ce que nous montrons ne sont que des démonstrations ponctuelles, des
preuves de concept, mais des études beaucoup plus poussées seront
nécessaires pour approfondir la façon dont cela pourrait réellement
être utilisé pour l’administration de médicaments ou le retrait de
corps étrangers.

»




Article de CNET.com adapté par CNETFrance


Image : capture vidéo CNET.com


Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page