High Tech

Des documents divulgués lient Huawei à l’espionnage domestique chinois au Xinjiang

Huawei a été impliqué dans la construction de technologies pour les camps de travail et de rééducation, ainsi que dans les systèmes de surveillance dans la région chinoise du Xinjiang, selon des présentations PowerPoint obtenu et traduit par Le Washington Post. Le rapport montre certaines des manières dont le travail du géant de la technologie a pu être impliqué dans la persécution contre les minorités ethniques de la région.

Le Washington Post dit avoir obtenu les PowerPoints d’un site public de Huawei avant qu’ils ne soient retirés. Selon le rapport, les diapositives comprenaient des détails sur l’implication de Huawei avec d’autres sociétés dans la création de plusieurs systèmes et contenaient des métadonnées qui les dataient de 2014 à 2020 (les dates de copyright étant répertoriées de 2016 à 2018).

Screen Shot 2021 12 14 at 15.20.52

Diapositive traduite décrivant certains des travaux de Huawei dans les prisons intelligentes.
Image: Le Washington Post

L’une des diapositives indique que les produits de Huawei sont « la base de la plate-forme unifiée des prisons intelligentes », en référence à la main-d’œuvre pour la fabrication et l’analyse de l’efficacité de la rééducation. Selon La poste, certaines des prisons dans lesquelles Huawei a déclaré que sa technologie est utilisée se trouvent au Xinjiang, une région largement peuplée de musulmans ouïghours. Le gouvernement chinois a été accusé d’avoir commis de nombreuses violations des droits humains contre les Ouïghours, de les avoir placés dans des camps de détention et de rééducation et de les utiliser pour le travail forcé. (De nombreuses entreprises technologiques ont été lié à l’utilisation de cette main-d’œuvre.)

Une autre diapositive traduite par Le Washington Post détaille un système de surveillance utilisé au Xinjiang. Il raconte comment les forces de sécurité publique de la capitale de la région, Ürümqi, ont utilisé un système de reconnaissance faciale pour attraper un fugitif. En 2020, un rapport de chercheurs en vidéosurveillance détaillé les travaux de Huawei sur un système de reconnaissance faciale qui pourrait envoyer une alerte s’il identifiait quelqu’un comme un Ouïghour. Selon Le Washington Post, les présentations des travaux de Huawei sur les systèmes de surveillance ne mentionnent pas les Ouïghours, et la société a nié fournir directement de la technologie au Xinjiang.

Screen Shot 2021 12 14 at 15.22.19

Autres diapositives traduites par La poste décrit les systèmes de surveillance électronique.
Image: Le Washington Post

D’autres diapositives du rapport du Post détaillent la technologie utilisée pour identifier les personnes en fonction de leur empreinte vocale, les systèmes pour suivre l’emplacement des personnes en fonction des images de surveillance et la technologie pour surveiller les employés au travail.

De nombreuses entreprises ont été placé sur la liste des entités du gouvernement américain (ce qui restreint la façon dont les entreprises américaines peuvent faire des affaires avec elles) pour avoir prétendument aidé le gouvernement chinois à surveiller les groupes minoritaires dans la région du Xinjiang. Un l’exemple principal est DJI, mais peu d’entre eux ont reçu autant d’attention de la part du gouvernement américain que Huawei, bien que l’attention provienne en grande partie de Guerre commerciale de l’ancien président Trump avec la Chine. En février 2020, le gouvernement américain suggéré que les télécoms dépensent leur argent avec les concurrents de Huawei et a accusé la société de construire des portes dérobées dans son équipement.


Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page