Mobilité

ChatGPT : pourquoi 2023 sera l’année du chatbot d’OpenAI

ChatGPT : pourquoi 2023 sera l'année du chatbot d’OpenAI


Les agents conversationnels, ou chatbot en anglais, ne sont pas
nouveaux. Ils existent sous une forme ou une autre depuis les années 1960.
Mais

ChatGPT
, le chatbot qui enflamme l’actualité et captive les investisseurs, a
quelque chose de spécial.


L’Internet fourmille déjà d’idées sur la manière d’utiliser l’incroyable
aisance langagière de cette intelligence artificielle. Mais la grande
question est de savoir si ChatGPT (ou, plus précisément, la technologie qui
l’anime) aura la même influence que d’autres technologies révolutionnaires,
comme l’iPhone, Google Search ou les assistants vocaux comme Alexa, Siri et
consorts. Il faudra probablement attendre avant d’avoir une réponse à cette
question. D’ici là, en 2023, les experts en intelligence artificielle
s’attendent à une déferlante d’applications et services alimentés par la
technologie de ChatGPT. De quoi bouleverser la façon dont nous
interagissons avec les chatbot des services clients, les assistants vocaux
comme Alexa ou Siri, les moteurs de recherche et même les boîtes aux
lettres électroniques. «

Je dirais que, d’ici six mois environ, nous verrons les capacités
conversationnelles des chatbot et des assistants vocaux s’améliorer
considérablement

», pense Oren Etzioni, membre du conseil d’administration de l’Allen
Institute for Artificial Intelligence.


L’impact potentiel de ChatGPT sur notre façon de travailler fait déjà la
Une des journaux. Greg Brockman, président et cofondateur d’OpenAI (à
l’origine de ChatGPT), a annoncé cette semaine qu’une version
professionnelle payante de ChatGPT, plus performante, était en préparation.
Selon

The Information
, Microsoft, qui a investi dans OpenAI,
chercherait à intégrer cette technologie dans

Bing
, Outlook, Word et PowerPoint.


Aux Etats-Unis, le département éducation de la ville de New York a bloqué
l’accès à ChatGPT sur les terminaux scolaires en raison de «

préoccupations concernant les effets négatifs sur l’apprentissage des
élèves

». En France, nous avons appris récemment que les étudiants d’une
université lyonnaise avaient eu recours à

ChatGPT
pour rédiger un devoir noté.


Qu’est-ce que ChatGPT et comment fonctionne-t-il ?


ChatGPT est une intelligence artificielle conversationnelle dont une
version en ligne gratuite est accessible au grand public. Cet outil combine
le traitement du langage naturel et un réseau neuronal d’apprentissage
automatique afin de permettre aux ordinateurs de tenir des conversations
avec des humains d’une façon naturelle et intuitive. On peut lui adresser
des questions directes, lui demander d’écrire un poème, une chanson ou
encore une dissertation. ChatGPT est capable de rédiger une carte de vœux,
une lettre de démission et d’élaborer une liste de tâches.


Cette IA est entraînée sur une base de données d’exemples de conversations,
mais elle n’est pas connectée à l’Internet. Ses connaissances sont donc
limitées et il lui arrive de commettre des erreurs. L’essai gratuit actuellement
en cours permet à OpenAI d’utiliser les requêtes des internautes pour
renforcer ses algorithmes.


Ce qui fait la supériorité de ChatGPT comparé à d’autres chatbot est à sa
capacité d’apprentissage contextuel qui lui permet de tenir compte des
conversations précédentes pour générer des réponses plus pertinentes. La
prose étonnamment humaine de ChatGPT et son assurance lorsqu’il répond à
des questions en ont fait un succès immédiat. En l’espace de cinq jours,
plus d’un million de personnes avaient essayé le programme.


Vers des chatbot et des outils bureautiques plus performants


Le secteur des agents conversationnels est le principal domaine appelé à
être révolutionné par ChatGPT, en particulier pour la relation client.


Ada, une société qui propose des outils de service à la clientèle alimentés
par l’IA à des entreprises comme Meta, Square et Verizon, utilise déjà
GPT-3, une version du modèle de langage qui alimente ChatGPT.


À l’avenir, les assistants vocaux tels qu’Alexa, l’Assistant Google et Siri
pourraient également bénéficier de cette technologie. «

L’avenir de ces assistants vocaux est certainement d’avoir des
capacités conversationnelles beaucoup plus puissantes

», estime Oren Etzioni.


Un autre rôle prometteur pour ChatGPT est celui d’assistant bureautique de
nouvelle génération. Les experts voient le potentiel de cette technologie
pour tout, de l’aide à l’écriture de code à la rédaction de courriel en
passant par la rédaction d’offres d’emploi. Des entreprises comme Jasper et
Unbounce proposent déjà des outils de rédaction qui utilisent ChatGPT-3
pour générer des accroches, des textes pour les réseaux sociaux, des
courriels et des descriptions de produits.


Selon

The Information
, Microsoft voudrait incorporer la technologie de ChatGPT dans Outlook et
ses applications bureautiques comme Word, Excel et PowerPoint.


Microsoft a également exploré le recours à l’IA pour accélérer l’écriture
de code avec un produit appelé Github Copilot, qui peut suggérer des lignes
de code individuelles et des fonctions entières en utilisant un modèle
d’Open AI appelé OpenAI Codex. «

Je pense que dans le domaine du code, ChatGPT sera aussi une révolution

», considère Yoon Kim, professeur au Massachusetts Institute of Technology
(MIT).


Des résultats de recherche plus conversationnels


La capacité de ChatGPT à fournir des réponses dans un langage naturel a
amené certains observateurs à se demander si des outils similaires ne
finiront pas par

supplanter Google
. En effet, à l’instar d’un moteur de recherche, ChatGPT peut répondre à
des questions élaborées telles que «Comment se débarrasser des mouches à fruits ? » ou « Quelle est la famille la plus puissante dans Game of Thrones ? ».
Sauf que, au lieu de proposer une sélection d’extraits d’articles et de
liens, ChatGPT fournit une réponse rédigée et argumentée.


Mais il faut savoir que si ChatGPT peut accomplir des tâches similaires à
celles d’un moteur de recherche, il est beaucoup plus limité dans sa forme
actuelle puisqu’il ne peut pas explorer le Web à la recherche de réponses.


Pour autant, les géants de la technologie réfléchissent à la manière de
l’intégrer dans les moteurs de recherche. Selon

The Information
, Microsoft se prépare à lancer une version de Bing qui utilise l’IA de
ChatGPT pour fournir des réponses plus conversationnelles à certaines
requêtes de recherche. Cette fonctionnalité pourrait arriver avant la fin
du mois de mars. Comme ChatGPT ne peut pas naviguer sur le Web, il serait
probablement utilisé pour améliorer la façon dont les résultats de
recherche sont présentés aux utilisateurs. You.com, un moteur de recherche
lancé en 2021, a également commencé à proposer un chatbot de type ChatGPT
sur son site Web fin 2022.


Selon le

New-York Times
, la direction de Google a émis un « code rouge » en réponse au lancement
de ChatGPT. Des équipes auraient été réaffectées pour travailler sur des
outils d’IA d’ici à la conférence Google I/O prévue en mai. Google possède
également son propre modèle de langage naturel appelé LaMDA, qui a fait
les gros titres cet été lorsque l’ancien ingénieur

Blake Lemoine
a exprimé publiquement ses inquiétudes quant à la capacité de la
technologie à atteindre une forme de conscience. Dans une déclaration au

Washington Post
, Google a affirmé qu’il n’y avait aucune preuve à l’appui des affirmations
de Blake Lemoine.


Il est facile de réaliser comment le fait de proposer des réponses
conversationnelles aux requêtes, comme le fait ChatGPT, rendrait les
résultats de recherche de Google encore plus efficaces. Mais il faudra
probablement beaucoup de temps avant qu’un chatbot comme ChatGPT puisse
fournir des résultats aussi précis et fiables que ceux de Google. Selon
Yoon Kim, professeur au MIT, il est plus probable que nous voyions une
sorte de système hybride combinant les résultats de recherche traditionnels
et la présentation conversationnelle de ChatGPT. «

Il peut élaborer une réponse fluide en langage naturel en utilisant les
résultats du moteur de recherche, mais aussi afficher les sources qu’il
a utilisées pour construire la réponse

», explique-t-il. Cela ressemble aux fonctionnalités de Bing sur lesquelles
Microsoft travaillerait.


Quelles sont les limites et les risques de ChatGPT ?


Malgré son formidable potentiel, ChatGPT soulève des inquiétudes, la plus
importante étant son manque de précision. OpenAI a été transparent à ce
sujet en expliquant sur son site Web que ChatGPT «

écrit parfois des réponses plausibles mais incorrectes ou absurdes

». L’entreprise prévient également que ChatGPT a une connaissance limitée
des événements qui se produiront après 2021 et qu’il ne doit pas être
utilisé pour donner des conseils. Stack Overflow, le site de
questions-réponses pour les programmeurs, a temporairement interdit les
réponses écrites par ChatGPT et GPT car le taux d’obtention d’une réponse
correcte était trop faible.


« Des questions délicates finiront par se poser », prévient
Jennifer King, chargée de mission sur la vie privée et la politique des
données à l’Institute for Human-Centered Artificial Intelligence de
Stanford. «

Et certaines de ces questions porteront sur la façon de savoir si le
système dit la vérité

».


Il y a aussi le problème des personnes qui utilisent la technologie de
manière néfaste. Outre les craintes autour de tricheries scolaires, les
capacités de codage de ChatGPT soulèvent aussi des questions autour de la
sécurité. En effet, selon l’éditeur

Check Point Research
, la technologie d’OpenAI est déjà utilisée par des pirates informatiques
pour développer des outils malveillants.


Interrogé sur la rapidité avec laquelle les entreprises intégreront des
outils comme ChatGPT dans leurs produits, Yoon Kim a eu cette réponse : «

je suppose qu’il s’agit de savoir dans quelle mesure les entreprises
considèrent qu’un outil de ce type présente un risque et si elles
pensent que ce risque peut être limité

».


Ce surgissement de ChatGPT dans le paysage high-tech suscite de nombreuses
interrogations. Que se passera-t-il une fois la phase d’essai gratuite
achevée ? Comment OpenAI et les autres entreprises qui utilisent cette
technologie répondront-elles aux préoccupations évoquées dans cet article ?
Assistons-nous à un moment iPhone pour l’IA conversationnelle ?
Contrairement à d’autres innovations qui mettent parfois des années à
distiller leurs effets, l’impact de ChatGPT devrait se faire sentir dès les
prochains mois. « Nous voyons déjà un certain nombre de nouvelles
applications », souligne Oren Etzioni. «

Mais vraiment dans les six mois, par opposition à cinq ans ou trois
ans, nous allons en voir beaucoup plus

».




Article de CNET.com adapté par CNETFrance


Image : Carol Yepes / Getty Images


Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page