Mobilité

Bitcoin, NFT, stablecoins, cryptomonnaies… A quoi faut-il

Bitcoin, NFT, stablecoins, cryptomonnaies… A quoi faut-il s’attendre en 2022


Les

cryptomonnaies
ont ponctué les gros titres de 2021. Leurs promoteurs les ont présentées
comme une technologie susceptible de changer le monde, de créer de
nouvelles économies et de donner du pouvoir aux personnes n’ayant pas accès
aux comptes bancaires. Leurs détracteurs ont dénoncé leur empreinte
écologique massive ainsi que leur popularité auprès des cybercriminels. Un
fossé idéologique qui sera difficile à combler.


Une grande partie du secteur des cryptomonnaies est alimenté par un battage
médiatique qui joue sur des codes pseudo-branchés relayés par des pontes de
la Tech. Mais il profite également d’un soutien financier massif provenant
d’investisseurs puissants et de réelles innovations techniques qui
pourraient modifier radicalement la façon dont nous interagissons avec
l’argent. Nos confrères de CNET.com ont interrogé des experts afin de nous
éclairer sur les perspectives et enjeux autour des cryptomonnaies en 2022.
Voici leurs prédictions.


1-Les cryptomonnaies vont poursuivre leur démocratisation


Lorsque les

cryptomonnaies
font la une des journaux, il est souvent question des tweets du PDG de
Tesla, Elon Musk, de personnes devenues millionnaires en une nuit, d’art
numérique coûteux et de piratages. Pourtant, les changements plus
importants et fondamentaux sont souvent moins tape-à-l’œil et attirent peu
l’attention. Ainsi, la plupart des grandes entreprises travaillent à
intégrer les cryptomonnaies dans leur activité. Des gestionnaires de fonds
spéculatifs aux dirigeants de chaines de grande distribution, tout le monde
prend des mesures qui pourraient avoir un impact sur l’utilisation de la
monnaie numérique cette année.


« J’espère que nous allons voir beaucoup plus de focus sur l’utilité »,
comment Denelle Dixon, PDG Stellar Development Foundation. « Au lieu de se
concentrer uniquement sur quelques cas d’utilisation qui créent beaucoup de
battage médiatique, nous verrons plus d’attention sur les cas d’usage qui
génèrent une valeur réelle. Et davantage de discussions autour de
l’inclusion financière.
»


2-Les NFT créent de nouvelles opportunités de propriété et redéfinissent la
notion de possession



NFT
(non fungible token, jeton non fongible), est un terme à la mode que
beaucoup d’entre nous ont entendu pour la première fois en 2021. Un NFT est
un objet virtuel dont l’authenticité et la traçabilité sont garanties par
une blockchain. Ce type de jeton cryptographique est actuellement très
prisé des collectionneurs et amateurs d’art. L’une des collections NFT les
plus remarquables de 2021 s’appelle le Bored Ape Yacht Club.


Mais le potentiel des NFT va bien au-delà des œuvres d’art numériques
loufoques. Ils sont également utilisés pour l’achat de terrains numériques
dans des mondes virtuels et pour la propriété, l’octroi de licences et
l’édition de musique. Certains observateurs voient un avenir où les NFT
donneront accès à des ventes spéciales ou à des produits en édition
limitée. Que diriez-vous d’utiliser un

NFT
comme billet de concert ? Ou lorsque vous vous connectez en ligne à votre
jeu vidéo préféré ? C’est ce que nous devrions voir arriver en 2022.


« Les possibilités des NFT sont infinies, puisqu’ils peuvent être utilisés
pour enregistrer la propriété de n’importe quel bien unique
», explique
Alex Atallah, cofondateur d’OpenSea. « Nous voyons déjà les premiers cas
d’utilisation des NFT comme billets de spectacles, licences de logiciels,
adhésions à des fan-clubs, ou d’autres expériences interactives.
»


Certaines des plus grandes marques américaines, dont Nike, travaillent déjà
à l’élargissement de l’utilisation des NFT. Mais leur usage dans les
produits de grande consommation n’est peut-être que la partie émergée de
l’iceberg. Que diriez-vous d’utiliser un NFT pour prouver votre identité ?


« Nous avons constaté une certaine évolution des NFT axés sur l’art vers
des NFT axés sur l’accès ou l’autorisation
», analyse Denelle Dixon. « Il y
a eu récemment une fête à New York où les convives pouvaient accéder en
achetant un NFT. Je me demande donc si l’on ne va pas s’intéresser à
l’utilisation des NFT pour l’identité numérique.
»


L’industrie du jeu vidéo, qui pèse 85 milliards de dollars, est peut-être
l’un des secteurs les plus prometteurs pour les NFT. Certains des plus
grands studios les expérimentent déjà. Et avec toutes les discussions
entourant le métavers, les NFT pourraient servir de fondations à un monde
numérique de nouvelle génération. « Nous assistons à des développements
passionnants lorsqu’il s’agit de l’intersection entre les NFT, les jeux et
le métavers
», considère Alex Atallah.


3-Des piratages et des rançons de plus grande ampleur


Les monnaies numériques présentent des caractéristiques qui les rendent
attrayantes pour les cybercriminels. Elles sont difficiles à tracer, ne
connaissent pas de frontières et, une fois le paiement effectué, il est
pratiquement impossible de l’annuler. C’est ainsi que les

cryptomonnaies
ont été utilisées pour faciliter le paiement de millions de dollars de
ransomware en 2021.


« Nous devrions nous attendre à voir davantage de criminels se tourner vers
les cryptomonnaies et les services qui promettent d’opacifier les fonds
illicites en raison de l’idée fausse d’un anonymat total
», estime Gurvais
Grigg, responsable technique senior chez Chainalysis. « Le bitcoin séduit
les criminels pour les mêmes raisons qu’il séduit ceux qui l’utilisent à
des fins légitimes : il est transfrontalier, instantané et liquide.
»


Cet expert et d’autres s’attendent à ce que la finance décentralisée, une
industrie naissante mais florissante à la frontière des cryptomonnaies,
soit une cible privilégiée des cybercriminels en 2022. La finance
décentralisée, ou DeFi, fonctionne indépendamment d’une autorité ou d’une
institution centrale. Au lieu de s’appuyer sur un réseau de banques ou de
cartes de crédit, les usagers peuvent se connecter directement aux produits
DeFi sur un réseau distribué. Bien que le secteur n’en soit qu’à ses
débuts, la DeFi est un secteur en évolution rapide, hautement technique et
doté d’un énorme potentiel. Elle a attiré beaucoup d’attention et
d’investissements, ce qui la rend propice aux activités criminelles.


Selon Gurvais Grigg, « les criminels sont susceptibles d’explorer le DeFi à
la fois comme une cible pour le piratage et comme un moyen de tenter de
blanchir des fonds. En raison de sa nouveauté et de l’explosion de son
adoption sur les marchés développés, les plateformes DeFi sont des cibles
faciles pour des criminels expérimentés qui ont déjà mené des piratages
similaires.
»


4- La montée en puissance des stablecoins


Le

bitcoin
et les autres cryptomonnaies ont fait la une des journaux en raison de leur
volatilité. on peut devenir millionnaire ou tout perdre à l’hyper vitesse
de l’Internet. C’est là que les stablecoins, ou cryptomonnaies stables,
entrent en piste. Cette sous-catégorie de cryptomonnaies, qui est liée à un
actif sous-jacent (monnaie fiduciaire ou produit négocié en bourse),
atténue en grande partie cette volatilité. Les stablecoins pourraient jouer
un rôle essentiel en transformant les cryptomonnaies en un moyen de
paiement utilisable pour effectuer des transactions de la vie courante.


« Nous devrions commencer à prêter attention aux stablecoins à la fois
comme moyen de paiement et comme monnaie numérique en dollars. Les cas
d’utilisation pour les paiements transfrontaliers, les secours, les
paiements à règlement instantané ont commencé à fleurir en 2021 et nous en
verrons davantage en 2022
», prédit Rachel Mayer, vices de la société de
fintech Circle.


Transférer des actifs plus efficacement est l’une des valeurs centrales
d’un stablecoin. C’est un atout puissant pour les entreprises qui ont
besoin de déplacer des actifs numériques et des liquidités rapidement et
efficacement. « Davantage d’industries vont commencer à adopter les
stablecoins comme un moyen plus efficace d’effectuer des paiements
», pense
Omid Malekan, auteur de The Story of the Blockchain et professeur à la
Columbia Business School. « Les volumes de stablecoins continueront de
croître, mais la part de ce volume qui n’est impliquée que dans les
échanges de cryptomonnaies va diminuer.
»


5-De nouvelles réglementation sur les cryptomonnaies se profilent


Les législateurs ont encore du mal à appréhender le phénomène des
cryptomonnaies pour décider de quelle manière l’encadrer. Les émetteurs de
stablecoins doivent être considérés comme des banques ? Quand faut-il taxer
les cryptomonnaies ? Comment élaborer des règles fonctionnelles dans un
secteur hautement technique et complexe ? Autant de questions délicates
pour lesquelles l’élaboration de normes appropriées prendra du temps.


Pour Denelle Dixon, « il y aura beaucoup plus de débats autour des
cryptomonnaies et de la blockchain
». Cela devrait favoriser l’avancée des
échanges entre les décideurs politiques, les législateurs et les
entreprises concernées.


« Il est important de comprendre que l’industrie des cryptomonnaies
souhaite être réglementée, mais veut s’assurer que les cadres
réglementaires proposés sont réalisables
», souligne Gurvais Grigg. « Les
gouvernements du monde entier travaillent avec les acteurs du secteur pour
créer une législation qui protège les consommateurs et favorise
l’innovation.
»


Il est encore difficile de prédire de quelle manière va évoluer l’industrie
des cryptomonnaies. Mais une chose est sûre : elle fera partie de notre
avenir.




Article de CNET.com adapté par CNETFrance
/ Image : Robert Rodriguez/CNET





Source link

Articles similaires

Laisser un commentaire

Bouton retour en haut de la page